Un vin garanti sans pesticides produit dans le Lot-et-Garonne

© JEAN PIERRE MULLER / AFP
© JEAN PIERRE MULLER / AFP

À Buzet, dans le Lot-et-Garonne, des vignerons se sont lancés dans le pari du zéro pesticides. Objectif : moins traiter la vigne tout en gardant de bonnes récoltes. Les premiers résultats sont concluants, puisque le millésime 2015 semble ne révéler aucune trace de pesticides.

Par Jeanne Travers

En 2013, une enquête fracassante publiée par l'UFC-Que choisir établissait qu'il y avait "300 fois plus de résidus de pesticides dans le vin que dans l'eau potable". Elle épinglait d'ailleurs tout particulièrement les vins du Bordelais : "sur les 65 000 tonnes de pesticides purs épandues en moyenne chaque année en France, 3 320 tonnes le sont en Gironde".

Face à ce constat, et au fait que les pesticides auraient un effet néfaste sur la santé, une coopérative de viticulteurs de Buzet, dans le Lot-et-Garonne, s'est fixé un périlleux objectif : moins traiter la vigne tout en gardant de bonnes récoltes.

Pour cela, les vignes sont observées quotidiennement, afin de ne traiter que lorsque c'est nécessaire et pour appliquer la plus petite quantité de produit possible. Par ailleurs, les produits employés sont choisis pour leur capacité à se dégrader rapidement.

Une méthode fastidieuse, mais qui semble fonctionner : des tests ont été effectués sur les récoltes de 2015 par l'organisme Vins & Santé et les résultats sont sans appel.

"Il n'y a aucun résidu de pesticides par rapport au cahier des charges Vins & Santé, donc on va pouvoir apposer le logo zéro pesticides sur notre prochaine mise en bouteille", déclare Roland de Sinety, oenologue.

Avant cela cependant, il faudra tout de même faire vérifier ces analyses par un autre laboratoire indépendant.

► Revoir le reportage de Jean-Michel Daguenet et Benoît-Pierre Morin :
Un vin garanti sans pesticides produit dans le Lot-et-Garonne
Interviennent dans ce reportage : Carine Magot, Responsable du vignoble de la coopérative et Roland de Sinety, Oenologue. - France 3 Aquitaine - Jean-Michel Daguenet et Benoît-Pierre Morin

 

Sur le même sujet

Foie gras : pas de hausse des importations en 2017

Près de chez vous

Les + Lus