Mémoire Oradour : le récit de Jacqueline Pinède

Jacqueline Pinède, lors d'une commémoration à Oradour / © France 3 Limousin
Jacqueline Pinède, lors d'une commémoration à Oradour / © France 3 Limousin

Tant qu’elle en a eu la force, Jacqueline Pinède a assisté aux commémorations du massacre d’Oradour. Le 10 juin 1944, les SS l’ont miraculeusement épargnée. Son témoignage poignant avait été recueilli pour l’émission la Marche du Siècle.
 

Par Franck Petit

La famille Pinède était juive. C’est pourquoi elle avait fui Bayonne en mai 1943, pour se mettre à l’abri des nazis.

Le 10 juin 1944, Jacqueline Pinède s’est cachée sous un escalier avec sa sœur et son petit frère trisomique pour éviter de se rendre au rassemblement sur la place principale du village.

Les 3 survivants ont fini par sortir de leur cachette. Ils ont alors croisé des soldats SS qui les ont miraculeusement laissé partir, probablement fatigués de tuer.

Lors du massacre, Jacqueline Pinède a perdu son père Robert (45 ans), sa mère Carmen (40 ans) ainsi que sa grand-mère Gabrielle (64 ans).

Tant qu’elle en a eu la force, elle s’est rendue à Oradour chaque 10 juin pour rendre hommage à ses proches ainsi qu’à toutes les autres victimes. 

Elle est décédée en février 2017 à Bayonne où elle a vécu.

Le témoignage recueilli par Ladislas de Hoyos en septembre 1997 pour l’émission la marche du siècle est particulièrement fort. Réalisation Jean Jacques Amsellem – Production Jean Marie Cavada)
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus