• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

La permanence des soins bien assurée en Limousin ?

L'enquête du Conseil National de l'Ordre des Médecins peut inquiéter. / © IP3 PRESS/MAXPPP
L'enquête du Conseil National de l'Ordre des Médecins peut inquiéter. / © IP3 PRESS/MAXPPP

Une enquête du Conseil National de l’Ordre des médecins (CNOM) publiée cette semaine peut paraître inquiétante : l’ordre constate un manque grandissant de médecins de garde dans certains territoires, en particulier la nuit. En Limousin, la situation ne semble pourtant pas si alarmante.
 

Par François Clapeau

La permanence des soins, c’est la possibilité d’avoir accès à un médecin le soir, la nuit, le week-end et les jours fériés.  

Elle est organisée par plages horaires et par secteurs géographiques.

La permanence des soins est assurée par des médecins volontaires qui touchent sur ces périodes une rémunération spécifique.

 

Quelques chiffres


Selon l’ordre des médecins, dans un rapport annuel publié ce lundi 25 mars, le taux de participation des médecins généralistes en 2018 à la permanence des soins variait fortement d’un département à l’autre, allant de moins de 10% pour certains à 100% pour d’autres.

Toujours selon le rapport, entre 2017 et 2018, 19% des départements ont connu une hausse de leur taux de participation. Parmi eux, la Corrèze. Pour les autres départements, il est resté majoritairement stable (36%) ou a diminué (32%).

L’ordre des médecins fait le lien entre la baisse du taux de participation et une démographie médicale toujours préoccupante.
Autre piste de réflexion : l’organisation même de la permanence des soins, avec une réduction du nombre de territoires de garde, qui deviennent donc plus vastes.
36% des secteurs de garde seraient aujourd’hui couverts par moins de dix médecins volontaires, et 18% par moins de cinq médecins volontaires.

 

Et en Limousin ?


Selon une carte publiée par le CNOM, sur les trois départements de l’ex Limousin, seule la Creuse n’est pas totalement couverte par un médecin de garde en « nuit profonde » (de minuit à 8h du matin).

Ce département comptait, en 2017, 109 médecins généralistes libéraux pour 120 500 habitants.
La carte de la permanence des soins, disponible sur le site internet de l’Agence Régionale de Santé (ARS) de Nouvelle Aquitaine, est en effet impressionnante : en plus de Guéret, il y a deux secteurs à couvrir pour les médecins de garde, et ils sont immenses. La Creuse est coupée en suivant une ligne verticale allant de Nouzier à Gentioux, en passant par Guéret. Un médecin à l’est, un à l’ouest…

Pourtant, sur le terrain, la situation ne semble pas si tendue. Le Dr Jean-Paul Lamiraud, président du conseil départemental de l’ordre des médecins, est même rassurant. Selon lui il n’y a pas de problème dans son département : "Il y a peu d’actes la nuit, et on a la chance d’avoir un très grand nombre de volontaires. A Guéret, tous les médecins font des gardes, c’est un consensus".

Contactée, l'ARS confirme que "pour l’ensemble du Limousin, une effection fixe (consultation sur un lieu fixe) et une effection mobile (visites à domicile) sont assurées qui permettent de couvrir l’ensemble des plages horaires de la PDSA (Permanence Des Soins Ambulatoire ndlr) y compris la nuit profonde". Toujours selon l'ARS, si la carte de l'ordre des médecins mentionne une faible couverture du territoire en nuit profonde, "cela est sans doute dû au fait qu’il n’y a pas de régulation libérale en nuit profonde pour la Creuse contrairement à la Corrèze et à la Haute-Vienne. Toutefois, dans le cadre de l’effection mobile, l’accès aux soins est assuré y compris en nuit profonde."

 

Pas de désengagement


En Corrèze, avec 224 médecins généralistes libéraux pour 241 000 habitants, on compte 4 secteurs de garde la nuit : Brive, Uzerche, Ussel, et Tulle.
Selon le président de l'ordre départemental, le docteur Marcel Lewin, le nombre de volontaires est encore suffisant, même si "le volontariat s'étiole".
Et les médecins du secteur de Brive débattent actuellement du maintien de la permanence des soins pendant la nuit profonde.  

Enfin, la Haute-Vienne compte 449 médecins libéraux pour 376 000 habitants.
Il y a dans ce département 6 secteurs de garde la nuit.
Aucune baisse de motivation n’a été ressentie chez les médecins participants en 2018, et les carences sont exceptionnelles.

Il n’y a donc pas de « désengagement » visible des médecins dans ces trois départements.

Le rapport sur la permanence des soins est disponible sur le site internet du CNOM.
La sectorisation est visible sur le site internet de l’ARS.

Et pour joindre un médecin de garde la nuit, il suffit de composer le 15, ou en Creuse le 05 55 41 82 02…  
 

Sur le même sujet

Dans les gorges de Kakuetta, n'oubliez pas d'écouter les petits oiseaux

Les + Lus