Personnel de santé : les "oubliés du Ségur" se mobilisent en Limousin

Des soignants du secteur médico-social n’auront pas d’augmentation de salaire après le Ségur de la Santé. Des manifestations ont eu lieu en Limousin, notamment en Haute-Vienne et en Corrèze.
 
Une manifestation est organisée devant le Centre hospitalier Esquirol de Limoges ce mardi 1er décembre après-midi.
Une manifestation est organisée devant le Centre hospitalier Esquirol de Limoges ce mardi 1er décembre après-midi. © Margaux Blanloeil
Le Ségur de la santé, c’est le plan négocié cet été par le gouvernement pour revaloriser le personnel hospitalier. Il prévoit notamment une augmentation des salaires de 183 euros pour le personnel paramédical.
 
Problème : beaucoup de soignants du secteur médico-social ne vont pas bénéficier de ces augmentations de salaire. Ils travaillent avec des personnes handicapées, dépendantes ou en situation d'exclusion sociale.

"On est dans le même service, dans le même couloir"

Pour Candide Da Costa, secrétaire d’unité médico-sociale depuis 25 ans, cette décision est incompréhensible : "On est dans le même service, dans le même couloir, parfois dans le même bureau, et par des lignes budgétaires qu’on n’arrive pas à comprendre, on ne perçoit pas la même rémunération."

Selon Quentin Debat, ergothérapeute au CH Esquirol, le secteur médico-social est oublié : "On est tous fonctionnaires, et on se retrouve avec 183 euros de moins à la fin du mois (…). Pourtant, on pioche dans le médico-social quand il faut remplacer les collègues."

Manifestations

Une première manifestation était organisée devant le CH Esquirol ce mardi 1er décembre. D'autres ont eu lieu ce jeudi 3 décembre, devant l’Agence régionale de santé à Limoges ou encore devant la préfecture de Corrèze à Tulle.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société mouvement social économie social