Procès Cahuzac : le compte suisse devait servir à financer la campagne présidentielle de Michel Rocard

Coup de théâtre au 1er jour du procès de Jérôme Cahuzac. L'ancien ministre du Budget affirme que le compte caché en Suisse aurait été ouvert pour financer une éventuelle campagne présidentielle de Michel Rocard. ©franceinfo

Coup de théâtre au 1er jour du procès de Jérôme Cahuzac. L'ancien ministre du Budget affirme que le compte caché en Suisse aurait été ouvert pour financer une éventuelle campagne présidentielle de Michel Rocard.

La révélation de Jérôme Cahuzac au premier jour de son procès pour fraude fiscale et blanchiment d'argent a fait l'effet d'une bombe hier au tribunal. L'ex-ministre du Budget révèle qu'il a fait ouvrir un premier compte en Suisse en 1992 pour financer les activités politiques de Michel Rocard.

J'ai demandé à Philippe Péninque d'ouvrir un compte en Suisse en 1992 (...). Ce compte, c'est du financement d'activités politiques pour un homme dont j'espérais qu'il aurait un destin politique national

D'après Jérôme Cahuzac, il aurait ouvert ce compte sans en parler à l'ancien premier Ministre de François Mitterrand. " Je l'ai fait par militantisme " assure-t-il.
En quelques mois, plusieurs laboratoires pharmaceutiques versent près de 500 000 euros, un argent qui ne servira finalement pas. Michel Rocard est battu aux élections européennes en 1994. L'Elysée s'éloigne définitivement.

A la question de savoir si d'autres connaissaient l'existence de cet argent, l'ancien maire de Villeneuve-sur-Lot, oppose le silence. Tout juste concède-t-il que " deux personnes le savaient dans l'entourage du leader socialiste ".

 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité