L'épreuve de surf du baccalauréat s'est déroulée ce matin à Anglet

Plus de cent candidats venus des quatre départements d'Aquitaine étaient inscrits cette année. Un record pour cette option facultative qui peut leur permettre d'obtenir des points d'avance pour leur bac. Une épreuve réservée toutefois aux surfers les plus chevronnés.

"C'est une épreuve qui s'adresse à des spécialistes, à des candidats préparés qui surfent toute l'année" prévient Pierre Bareille, l'un des vingt-quatre examinateurs présents ce matin sur la plage des Sables d'or d'Anglet.

Et, en effet, ce matin, mieux valait être un surfeur chevronné pour s'en sortir, alors que les conditions météo étaient vraiment difficiles.

"Un peu compliqué d'avoir les bonnes vagues, c'était un peu dans tous les sens" regrette l'un des lycéens. "J'ai eu du mal, il y avait beaucoup de courant" ajoute un autre.

Seule la moitié des candidats obtiennent une note au-dessus de la moyenne en générale dans cette épreuve. Des points qui viendront s'ajouter aux résultats des autres matières et qui pourraient leur éviter un repêchage le cas échéant ou les aider à gagner une mention.

Les élèves devaient passer deux épreuves. La première dans l'eau, une session de vingt-cinq minutes pendant laquelle ils pouvaient prendre dix vagues. Les deux meilleures étaient notées sur seize points. La deuxième était orale avec des questions sur leurs connaissances du milieu aquatique.

Regardez le reportage de Stéphanie Deschamps et Rémi Poissonnier :

Une centaine d'élèves des 4 départements d'Aquitaine se sont inscrits cette année. Un record. Ils espèrent gagner des points pour leur bac.




L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité