Le quotidien d'un primeur d'Anglet sacré meilleur ouvrier de France

Jérôme Durquet, 34 ans, a suivi les pas de son père, grand-père et arrière grand-père en décidant de vendre des fruits et légumes au pays basque. "La priorité c'est le goût, après il faut que ce soit beau" dit-il. Une devise logique mais exigeante.

"Je n'achète pas sur un ordinateur. J'achète avec les yeux et avec mon couteau dans la poche, je goûte" explique t-il.


Jérôme Durquet fournit de nombreux commerçants d'Anglet, pâtissiers, restaurateurs... qui se déplacent chez lui, aux premières heures de la matinée, pour choisir leurs matières premières. Ici, ils savent qu'ils trouveront une vraie saveur et une vraie qualité. Un plus indéniable pour leurs propres clients.

Jérôme Durquet n'hésite pas à se rendre chez les producteurs locaux suivre l'évolution des pousses. Comme chez ce cultivateur de piments. "D'une année sur l'autre il garde ses graines, il ne fait pas appel à un semencier. Je peux dire à mes clients qu'ils mangent le même piment que mangeaient leurs arrières grands-parents".

Le primeur d'Anglet a reçu le titre suprême de sa profession en février dernier au salon de l'agriculture. Il est devenu Meilleur Ouvrier de France Primeur. Une véritable consécration.

Regardez le reportage de P. Legendre et C. Lemeur
 

Le quotidien d'un primeur d'Anglet sacré meilleur ouvrier de France



La finale Primeurs MOF 2015

 

La finale Primeurs MOF 2015

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société pays basque