Pays basque : le succès des voitures sans permis

Les voitures sans permis séduisent de plus en plus les parents d'adolescents, qui recherchent des véhicules sécurisants pour leurs enfants en quête d'autonomie.

Les parents d'adolescents sont conquis par les voitures sans permis, jugées moins dangereuses que les deux roues.
Les parents d'adolescents sont conquis par les voitures sans permis, jugées moins dangereuses que les deux roues. © France 3 Euskal Herri

Chaque matin, Ethan, qui vit à Bayonne, part au lycée. Alors que ses camarades optent pour le bus, le vélo ou le scooter, lui se met au volant de sa voiture sans permis. "C'est sécurisant, ça me permet de gagner en autonomie. Et les jours de pluie, ça a aussi ses avantages", assure l'adolescent
Depuis 2014, la conduite de voiture sans permis est autorisée à partir de l'âge de 14 ans. Et depuis, les modèles fleurissent sur les parkings des établissements secondaires. 

Un prix d'achat élevé

Sécurité, autonomie, protection contre les intempéries… Les adolescents ont de nombreux arguments permettant de convaincre leurs parents. Si leur bourse le permet, car la voiture sans permis a un prix : il faut compter entre 7 500 et 15 000 euros pour un modèle neuf. 
Pas de quoi freiner les demandes, à en croire les gérants d'auto-école. Actuellement, un quart des demandes de BSR, le brevet de sécurité routière, concernent la conduite d'une voiturette.
"La demande vient plus des parents que des enfants, reconnaît Anne Boudejema responsable Auto-école Mendiboure. Ils sentent leurs enfants plus en sécurité avec ces véhicules, plus que sur un deux-roues". 

Deux demi-journées de formation

La formation, le permis AM quadricycle se fait sur la voiture de l'adolescent. Elle nécessite deux demi-journées, une sur plateau et la deuxième dans des conditions de circulation. 
Dans le cadre d'un apprenti mineur, le parent a l'obligation de venir sur la dernière heure de formation. Une fois obtenue, l'attestation ne permet pas de rouler sur un cyclo-moteur.

Les conducteurs majeurs, qui ne parviennent pas à obtenir ou à conserver leur permis se laissent aussi séduire. Tout comme de plus en plus d'usagers des transports en commun, qui craignent désormais la contamination au Covid-19. 

"Sur les dernières années on voit vraiment un engouement, assure Roland Rossini, distributeur de voitures sans permis à Anglet. Les parents veulent du de la sécurité et du confort. Ils veulent que les enfants quittent le scooter, et choisissent le confort, l'air bag, pour leurs enfants. 
Très souvent la voiture fait deux générations, et est destinée au petit frère ou à la petite sœur ensuite".


Voir le reportage de France 3 Euskal Herri

Pays basque : gros succès pour les voitures sans permis

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
automobile économie jeunesse société famille