Un joueur du Biarritz Olympique condamné à quatre mois de prison avec sursis pour violences conjugales

Le pilier du Biarritz Olympique Zakaria El Fakir, accusé de violences conjugales sur sa femme entre 2016 et 2023, a été condamné jeudi 29 février par le tribunal de Bayonne à quatre mois de prison avec sursis. Le rugbyman avait nié "toute violence" à la barre pendant l'audience.

Il a été reconnu coupable de "violences habituelles" sur son épouse. Jeudi 29 février, le tribunal de Bayonne a condamné le rugbyman Zakaria El Fakir, 27 ans, pilier du Biarritz Olympique depuis 2021, à quatre mois de prison avec sursis.

Le joueur, qui a nié "toute violence" à la barre, était jugé pour plusieurs épisodes de violences physiques et psychologiques sur sa compagne, s'étalant entre 2016 et 2023. Celle-ci avait porté plainte à deux reprises, en 2019 puis en 2022, évoquant des "gifles" et des violences verbales régulières. Elle avait ensuite voulu se désister.

"Emprise" et "soumission économique"

"Il y a eu des désaccords et des conflits de couple, mais il n'y a jamais eu de violence", s'est défendu le pilier du club basque pendant l'audience. Le parquet a requis un an de prison avec sursis, pointant "une emprise qui n'a jamais cessé" et "un état de soumission économique de la victime". Le couple vit toujours ensemble à l'heure actuelle.

L'avocat du joueur, Me Olivier Couleau, avait lui plaidé la relaxe, reconnaissant "une relation de couple toxique" mais regrettant un "dossier à trous". La défense n'a pas indiqué son intention de faire appel.

Pas de réaction du club

Le Biarritz Olympique n'a pas réagi à la condamnation de son pilier, qui a déjà disputé dix-huit matches cette saison. Zakaria El Fakir ne figure pas sur la feuille de match pour la réception de Vannes ce vendredi 1ᵉʳ mars.

En juillet 2023, le club basque avait déjà créé la polémique en recrutant Mohammed Haouas, ancien joueur de Montpellier condamné à deux reprises pour des violences, dont un an de prison ferme pour violences conjugales.