La barre du tribunal d'Orthez et autres meubles vendus aux enchères

Publié le Mis à jour le
Écrit par Cendrine Albo

Des lampes, des portes, des armoires, des bibliothèques.... une vingtaine d'objets issus de l'ancien tribunal d'instance d'Orthez ont été mis en vente sur des enchères en ligne. La commune veut ainsi se débarrasser de meubles encombrants mais historiques avant de rénover le bâtiment.

"On s'est dit que ce serait bien que les orthéziens puissent les récupérer, se les réapproprier, garder des souvenirs, donc on a décidé de les mettre en vente pas cher du tout aux enchères" explique Jean-Marc Terrasse, l'adjoint au maire d'Orthez chargé de la culture.

Le tribunal d'instance de la ville a fermé en 2009 et est depuis à l'abandon. Il était installé dans le bâtiment de la mairie. Les rénovations prévues cette année obligent la municipalité à faire le vide et à se débarrasser du mobilier encore en place.

Ainsi des fauteuil de style Louis-Phillippe, des armoires et bibliothèques en noyer, des tables.. ont été mises en vente via un site internet. Plus insolite, on trouve aussi des bustes de Marianne (55 et 220 euros) ou encore la barre des prévenus (300 euros).

Cette première vente se terminera le 26 février à 15h. Libre à vous de surenchérir jusqu'à cette date. Une nouvelle vente devrait être organisée ultérieurement avec d'autres meubles et objets à vendre.

Regardez le reportage d'Eric Poussard et Elixabete Gonzales :

Des lampes, des portes, des armoires, des bibliothèques.... une vingtaine d'objets issus de l'ancien tribunal d'instance d'Orthez ont été mis en vente sur des enchères en ligne. La commune veut ainsi se débarrasser de meubles encombrants mais historiques avant de rénover le bâtiment.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité