En Béarn, du maïs semé par hélicoptère

En Béarn, il s'agit bien de semis de couverts végétaux par hélicoptère. Cette opération a lieu alors que le maïs est encore sur pied. Dans un premier temps ce déploiement concerne quelques milliers d'hectares de cultures mais l'opération devrait être amenée à se développer.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ce semis par hélicoptère permet ainsi d’avoir au moment de la récolte de maïs, un sol qui n’est plus nu et qui protège mieux du ruissellement. Ces couverts (ray grass, avoine, mélange céréales, légumineuses) semés entre deux cultures principales occupent l’interculture dans un objectif agronomique et environnemental. Ils protègent de l’érosion en limitant le ruissellement, luttent contre certaines pollutions en captant notamment l’azote dans le sol et fertilisent le sol par l’apport de matières organiques

Depuis 3 ans maintenant, Euralis expérimente ainsi ces semis de couverts végétaux par hélicoptère guidé par GPS pour couvrir tout le champ, à bonne hauteur, juste avant la récolte. L’opération n’est pas forcément plus coûteuse qu’un semis classique. L’épandage doit se faire juste avant la récolte.

En passant, la moissonneuse-batteuse va broyer les tiges de maïs qui tombant au sol vont protectéger le semis. Le couvert végétal constitue ainsi un véritable engrais vert pour la culture qui est en train de croître. Cela permet aussi par ailleurs de limiter l’érosion du sol et  il restitue aussi azote, potasse, phosphore, calcium, magnésium, soufre.

Euralis sème des couverts végétaux par hélicoptère