• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Vallée d'Ossau : le lézard, espèce sentinelle pour mesurer les effets du réchauffement climatique

Le lézard de Bonnal, une espèce endémique des Pyrénées. / © RomainHauville
Le lézard de Bonnal, une espèce endémique des Pyrénées. / © RomainHauville

Développer la connaissance des espèces les plus exposées aux changements climatiques. C'est le programme Sentinelles du climat. Parmi les animaux étudiés, les lézards gris. 

Par Olivier Lopez

Le dernier rapport des experts internationaux sur le climat prévoit un réchauffement global de 1,5°C d'ici 30 ans et selon AcclimaTerra, comité scientifique régional sur le changement climatique, la Nouvelle-Aquitaine ne sera pas épargnée, c'est même l'une des régions de France où les variations climatiques risquent d'être les plus fortes, ce qui aura des effets majeurs sur la biodiversité. 


Les sentinelles du climat

Depuis 2 ans, les scientifiques de l'association Cistude Nature sillonnent les Pyrénées béarnaises pour recueillir les données actuellement manquantes au niveau régional sur les espèces marqueurs telles que les lézards de montagne. Lézards des murailles, lézards de Bonnal, lézards vivipares et lézards catalans sont régulièrement observés pour étudier l'évolution de leur comportement face à la montée régulière des températures. Deux fois par mois, les naturalistes de l'association remontent le même parcours défini à l'avance, un transect, le long duquel ils pointent chaque lézard rencontré sur un boitier GPS. 
 


20 espèces indicatrices 

Lézards de montagne mais aussi lézards ocellés, grenouilles des Pyrénées, marmottes, azurés des mouillères, micromammifères...20 espèces sont régulièrement observées dans 5 milieux naturels sensibles de Nouvelle-Aquitaine. Cette étude conduite sur 6 ans est financée par l'Union eurpéenne, la région Nouvelle-Aquitaine et les départements des Pyrénées-Atlantiques et de la Gironde. 

Avec l'élévation des températures, on a pu constater en moins de 3 ans que le lézard des murailles, l'espèce présente dans le fond des vallées, est montée de 150 mètres environ. Progressivement, il vient coloniser et concurrencer le lézard de Bonnal sur son habitat historique. Il y a 3 ans, le murailles n'était pas connu à plus de 2000 mètres, aujourd'hui on compte une belle population à cette altitude-là. Va-t-il à long terme remplacer le lézard de Bonnal? C'est ce que nous essayons de savoir. 

Matthieu Berroneau
Herpétologue Cistude Nature

 
Les lézards des sentinelles du climat dans les Pyrénées

Sur le même sujet

G7 : La halle d'Iraty met le pays basque en vitrine

Les + Lus