Pour les commerces et contre la loi de sécurité, journée de mobilisation sociale à Bayonne, Biarritz et Pau

Plusieurs manifestations sont organisées ce samedi 21 novembre dans le Pays basque. À 11h30 à Biarritz, 400 commerçants et cafetiers ont demandé une réouverture au 1er décembre. Et depuis 14h30 à Bayonne, 500 manifestants sont rassemblés contre la loi de sécurité globale. 

Environ 400 personnes se sont mobilisées pour manifester à Biarritz ce samedi 21 novembre pour réclamer la réouverture des petits commerces dès le 1er décembre.
Environ 400 personnes se sont mobilisées pour manifester à Biarritz ce samedi 21 novembre pour réclamer la réouverture des petits commerces dès le 1er décembre. © Sabrina Corrieri / France 3 Euskal Herri
Journée de mobilisation ce samedi 21 novembre dans le Pays basque et le Béarn, où plusieurs rassemblements sont organisés.

À Biarritz à 11h30, ce sont les commerçants, cafetiers et hôteliers du département qui s'étaient donnés rendez-vous.

Ils étaient près de 400 personnes, pour réclamer une réouverture des commerces au plus tard le 1er décembre.


300 personnes à Bayonne contre la loi de sécurité globale 

Un autre rassemblement était prévu à 14h30 à Bayonne, pour dénoncer le projet de loi de sécurité globale. Cette manifestation rassemblait environ 300 personnes au départ, puis le cortège s'est etoffé pour atteindre les 500 manifestants selon notre équipe.  

À Pau, la manifestation rassemble 700 personnes 

À Pau, la CGT et le syndicat enseignant de la FSU avaient également appelé à la mobilisation autour de revendications multiples, également pour la réouverture des commerces et contre le projet de loi de sécurité, mais aussi contre le manque de moyens dans l'Education nationale. 

"On voit bien que les services publics sont en première ligne pour faire à cette crise, dans la santé, mais aussi dans l'éducation nationale. Nous sommes là pour exiger des moyens et des plans d'urgences pour que les services publics puissent faire face à cette crise", souligne Renaud Bousquet, représentant de la FSU.
 
Interview de Renaud Bousquet, pour la FSU
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société coronavirus/covid-19 économie pays basque béarn manifestation social