Ils parcourent 31 km à pieds entre Bayonne et Saint-Jean-de-Luz pour la libération de trois prisonniers basques

Une centaine de personnes se sont réunies ce samedi 10 juillet à Bayonne pour parcourir, en relais, 31 km entre Bayonne et Saint-Jean-de-Luz, à l'initiative des "Artisans de la paix". Ils réclament la libération de trois prisonniers basques, en détention depuis 31 ans.
Une centaine de personnes parcourent les 31 km entre Bayonne et Saint-Jean de Luz, ce samedi 10 juillet, pour demander la libération de trois prisonniers basques en détention depuis 31 ans.
Une centaine de personnes parcourent les 31 km entre Bayonne et Saint-Jean de Luz, ce samedi 10 juillet, pour demander la libération de trois prisonniers basques en détention depuis 31 ans. © Sabrina Corrieri - France 3 Euskal Herri

Le 4 mai 2018, l'organisation séparatiste basque ETA a été officiellement dissoute lors d'une cérémonie à la Villa Arnaga, au Pays Basque, au terme d'un long processus de paix initié en 2011. 

Mais au Pays basque, l'apaisement ne sera pas complet tant que les prisonniers basques, dont certains sont incarcérés depuis plus de 30 ans, feront l'objet d'un régime d'exception. Selon les mots des Artisans de la paix, ils font l'objet d'un "acharnement judiciaire", car ils ne peuvent pas bénéficier d'une libération conditionnelle à laquelle ils pourraient normalement prétendre. 

Ce samedi 10 juillet 2021, c'est entre Bayonne et Saint-Jean-de-Luz qu'une marche relais de 31 kilomètres a été organisée pour demander la libération de ces prisonniers, notamment Ion Parot, Jakes Esnal et Unai Parot, détenus depuis 31 ans.

Concernant la situation de Jakes Esnal et Unia Parot, "les juges d'application des peines ont prononcé leur libération conditionnelle, mais le parquet national antiterroriste fait systématiquement appel de ce type de décision" déplore Jean-Daniel Elichiry, membre des Artisans de la Paix. 

"Cela produit un blocage, qui, aujourd'hui, nous fait craindre une forme de désespoir pour les prisonniers, pour leur famille et l'ensemble de ceux qui sont engagés dans le processus de paix" souligne-t-il.  

"C'est d'autant plus déplorable que nous avons connu des avancées significatives, notamment en 2019 à Biarritz, quand le président Macron avait déclaré que le processus de paix était exemplaire et qu'il s'agissait de faire en sorte que l'histoire ne bégaie pas " poursuit Jean-Daniel Elichiry. 

À leur arrivée à Bayonne, selon nos confrères de MédiaBask, le cortège rassemblait environ 500 manifestants. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque eta faits divers terrorisme