Pyrénées : un millier de personnes gravissent des sommets pour les prisonniers basques

Environ un millier de personnes ont gravi, ce 8 mai au matin, une douzaine de montagnes situées en pays basque français en soutien aux prisonniers basques. Les militants ont déployé sur les sommets des banderoles réclamant la libération des détenus basques ou le retour des "exilés".

Les militants ont gravi une douzaine de sommets pyrénéens pour exprimer leur soutien aux prisonniers basques.
Les militants ont gravi une douzaine de sommets pyrénéens pour exprimer leur soutien aux prisonniers basques. © France 3 Aquitaine

Les banderolles réclamaient également "la fin des mesures d'exception pour d'anciens prisonniers" et "le retour au pays basque des exilés", a détaillé Emilie Martin, porte-parole du collectif pacifiste Bake Bidea.

"Les pas accomplis jusqu'à aujourd'hui ont un objectif clair: résoudre la situation des prisonniers basques et avancer vers le vivre-ensemble et la paix (...) Le temps presse", souligne l'organisation dans un communiqué.

  

Ces ascensions ont été organisées pour "revendiquer haut et fort que construire la paix, c'est résoudre les causes et les conséquences du conflit", ajoute Bake Bidea tout en rendant hommage à l'un de ses porte-parole décédé dans la nuit de
vendredi à samedi à l'âge de 69 ans, Mixel Berhocoirigoin, une figure locale du syndicalisme paysan et impliqué dans le processus de résolution du conflit basque.

Après l'ouverture des négociations avec le gouvernement français, mais surtout le désarmement de l'organisation le 8 avril 2017, puis l'annonce de sa dissolution un an plus tard après 60 années d'existence, les militants d'organisations telles
que Bake Bidea et les Artisans de la paix demandent la libération immédiate des détenus incarcérés depuis plus de 30 ans ou gravement malades, à l'instar de Jakes Esnal, Ion Kepa Parot ou Ibon Fernandez Iradi.
  

"Notre dynamique continuera pendant les semaines et mois à venir", souligne Bake Bidea. L'organisation avait déjà rassemblé en janvier dernier 2.000 personnes qui avaient formé une chaîne humaine à Bayonne et annonce pour le 10 juillet  une nouvelle marche de 31 km entre Bayonne et Saint-Jean-de-Luz, dans les Pyrénées-Atlantiques. 
  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque eta faits divers terrorisme pyrénées montagne