Législatives : l'effet Bayrou dans les Pyrénées-Atlantiques

Publié le Mis à jour le

L'alliance entre La République en Marche et le MoDem fait un carton plein dans les Pyrénées-Atlantiques. Les candidats de la majorité présidentielle arrivent en tête du 1e tour des législatives dans 6 circonscriptions sur 6, portés par la dynamique Macron mais aussi l'effet Bayrou en son fief.

Les soupçons d'emplois fictifs au Parlement européen sont tombés au plus mauvais moment pour le tout nouveau garde des Sceaux, porte-parole du projet de la loi sur la moralisation de la vie politique. Vendredi, le parquet de Paris annonçait l'ouverture d'une enquête préliminaire. Pourtant le maire de Pau et président du MoDem sort de ces élections conforté dans ses terres. 

En Béarn, deux de ses proches réalisent les meilleurs scores départementaux pour la République en Marche :  Josy Poueyto dans la 1er 
et Jean-Paul Mattéï dans la 2e.
S
a 1e adjointe à la mairie de Pau,  fortement encouragée par François Bayrou à se présenter, avait obtenu son investiture LREM sans repêchage.

Le maire de Ger, notaire à Pau, lui, avait été le suppléant de François Bayrou en 2012. A 66 ans, il pourrait tenir sa vengeance dimanche prochain. Il pourrait battre la députée sortante, la socialiste Nathalie Chabanne. Celle qui avait fait tomber François Bayrou, titulaire du poste de 1988 à 2012 grâce à une triangulaire (L'adjoint aux sports Eric Saubatte s'était maintenu). 



Dans les circonscriptions basques, les deux candidats LREM sont en avance de presque 25 points.  Florence Lasserre-David et Vincent Bru, deux élus issus de la majorité départementale de Jean-Jacques Lasserre proche de François Bayrou. 

Enfin Michel Bernos, Marcheur de la première heure réalise le plus petit score de la République en Marche dans le département. Mais avec 29,79% des voix, il devance le sortant David Habib, député depuis 2002, rééelu dès le 1er tour en 2012.
L'Ex MoDem visait la 1e circonscription. Le maire de Jurançon, ami d'Emmanuel Macron dont il a été le porte-parole, a été investi LREM après repêchage. La partie sera plus rude pour lui. L'écart avec David Habib n'est que de deux mille voix.

Scrutin incertain dans la 4eme circonscription également. Pour toutes les autres, "le sentiment que les jeux sont faits pourrait occasionner une plus forte abstention qui serait favorable à la République en Marche." estime Viviane Le Hay politologue.

Dans cette tendance de  "dégagisme", François Bayrou, un ancien de la politique (35 ans de mandats)  fait une belle opération dans son fief qu'il renforce.