Pau : Fébus, des bus à hydrogène respectueux de l'environnement

Rouler écolo, la ville de Pau s'y est engagée. Huit BHNS (bus à haut niveau de service) ont été mis en service le mercredi 18 décembre. Leur particularité : ils roulent à l'hydrogène. Ils sont mis en lumière à l'occasion de la visite d'Emmanuel Macron ce mardi 14 janvier. 

Des bus noirs Fébus de 18 m arpentent depuis le mercredi 18 décembre les rues paloises. Sans bruit, ils circulent de la gare de Pau et l'hôpital. Sans bruit, parce que ces bus ne consomment que de l'hydrogène.

C'est très silencieux, et confortable.
Un usager
 

© Pau Béarn Mobilités


Rouler vert


Pour l'agglomération Pau Béarn Pyrénées, cette transition se veut avant tout écologique.

"C'est la solution zéro émission qui permet de répondre aux exigences d'exploitation de la ligne BHNS paloise", détaille le site web du réseau de transport.

En effet, si le réseau nécessitera 2 000 litres d'eau par jour pour fonctionner, il en rendra 1000. Les 1000 restants seront rendus sous forme de vapeur, directement dans la nature.
 
Mais si le bus n'a aucune émission, il crée même de l'oxygène. Lorsque l'hydrogène est fabriqué à partir d'eau, il crée du dioxygène. En effet, pour créer de l'hydrogène, les molécules de l'eau sont décomposées : hydrogène et oxygène.

La station, située avenue de Larribau, à Pau, produira donc deux tonnes de dioxygène par jour. Cela correspond aux émissions d'une forêt de 62 hectares ou les besoins de 3 000 personnes. 

Et comble de l'écologie : la station devrait bientôt se parer de panneaux solaires pour son alimentation en électricité. Son empreinte est même positive. Lors de la création du parcours des Fébus, cinq hectares d'espaces verts, dont le parc Jaussely ont été créé. L'occasion de planter 554 arbres.
 

Rouler 2.0


Ces huit bus à haut niveau de service (BHNS) sont les premiers au monde à faire partie d'un réseau de transports en commun. Il aura fallu plusieurs années de recherche et près de 70 millions d'euros pour mettre au point des véhicules qui tiennent tant la distance que les aléas de la route.

C'est un vrai atout que d'offrir à nos concitoyens un équipement d'avant-garde mondiale. Cela justifie l'engagement public de la ville.
François Bayrou, maire de Pau et président de l'agglomération Pau Béarn Pyrénées.

De leur côté, les chauffeurs ont dû se former à ce nouveau mode de conduite. Le premier trajet s'est déroulé sans heurt.
 
Reportage à bord de ces nouveaux bus propulsés à l'hydrogène > 
 
Les bus à hydrogène arrivent à Pau

 

Rouler à l'aise


Et si les nouveaux bus sont respectueux de l'environnement, ils sont aussi prioritaires sur les ronds-points et bénéficient d'une voie dédiée propre, sur 85 % de son trajet. Il a donc la même fréquence que les tramways. 

Contrairement aux bus électriques, les Fébus n'ont pas d'arrêts obligatoires pour être ravitaillés en énergie. Ils peuvent en effet tenir une journée entière de service.

À l'intérieur, plus d'à-coups, ni de vibration de moteur. Et les usagers peuvent même recharger leur téléphone sur les bornes dédiées. Autre différence, contrairement aux bus classiques, les usagers des Fébus pourront entrer par les quatre portes.

Le président Emmanuel Macron est donc sur place à Pau ce mardi 14 janvier pour mettre en valeur ces bus. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports écologie environnement société béarn
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter