Coronavirus : l'ONG paloise Télécoms sans frontières mobilisée pour éviter les catastrophes humanitaires

Pilotée depuis son siège international à Pau, Télécoms sans frontières apporte un soutien technologique précieux aux populations les plus vulnérables. L'épidémie de Covid-19 a rendu cette aide vitale dans des pays tels que la Syrie. 
L'ONG paloise TSF permet aux acteurs humanitaires partout dans le monde de bénéficier d'une connexion internet haut débit dans les situations d'urgence
L'ONG paloise TSF permet aux acteurs humanitaires partout dans le monde de bénéficier d'une connexion internet haut débit dans les situations d'urgence © DR
Confinés en Béarn, les ingénieurs de l'ONG Télécoms sans frontières (TSF), dont le siège international est basé à Pau, poursuivent à distance leur mission humanitaire dans le monde entier. En Syrie, en Turquie ou au Mexique, la pandémie de coronavirus met, plus que jamais, en lumière le besoin criant de télécommunications pour des populations se trouvant déjà dans des situations critiques. 


Connexions vitales pour les hôpitaux


"Imaginez l'hôpital de Pau sous les bombes en période d'épidémie et sans internet, comment pourrait-il fonctionner ?" avance Jean-François Cazenave, président de TSF qu'il a contribué à fonder en 1998. " Tel est notre terrain d'intervention en Syrie pour permettre la transmission des diagnostics, la gestion des ambulances, de la sécurité, toutes les connexions et télécommunications qui font la vie d'un hôpital". Dans la région d'Idlib, près de la frontière turque au sud d'Alep, près d'un million de réfugiés syriens peuvent encore être soignés dans 7 hôpitaux. Depuis 2012, TSF est intervenue dans 22 centre de soins, 15 d'entre eux ont disparus suite aux bombardements des troupes de Bachar el-Assad. "Il n'est plus que jamais nécessaire aujourd'hui d'assurer des connexions haut-débit par satellite à ces hôpitaux qui sont assiégés."
 

On n'a pas à l'heure actuelle moyen de connaître l'impact du coronavirus sur les populations de réfugiés syriens dans la région d'Idlib, mais encerclés par l'armée de Bachar el-Assad, bloqués devant une frontière turque désormais fermée, vivants sous des tentes ou des bâches, serrés les uns contre les autres avec des conditions de vie dramatiques sur le plan de l'hygiène, tout ceci annonce une catastrophe - Jean-François Cazenave, président de TSF

Pendant cette crise sanitaire, TSF assure les connexions des hôpitaux syriens grâce l'ONG partenaire toujours sur place l'UOSSM (Union des organisations de secours et soins médicaux)
Pendant cette crise sanitaire, TSF assure les connexions des hôpitaux syriens grâce l'ONG partenaire toujours sur place l'UOSSM (Union des organisations de secours et soins médicaux) © DR

 

Assurer l'éducation à distance des enfants réfugiés


"Depuis 2013, nous assurons un programme éducatif pour quelques 200 enfants syriens réfugiés en Turquie à Gaziantep", précise Jean-François Cazenave, "mais avec la crise sanitaire liée au Covid-19 nous avons dû fermer nos deux centres pour assurer la sécurité des enfants et de nos équipes locales". Pour limiter l'impact de cette crise sur l'éducation de ces enfants déjà pénalisés par des années de guerre, TSF a mis en place un suivi éducatif à distance. "Nous avons pu fournir des tablettes aux enfants les plus défavorisés et des clés USB avec des pacakges de données internet pour permettre les connexions à la maison. A travers la plate-forme en ligne Lab4Future dévoloppée par nos techniciens, les enfants peuvent poursuivre leur apprentissage sur des matières comme l’arabe, les mathématiques ou l’informatique", explique Jean-François Cazenave, "ils apprennent à envoyer des emails, à faire des recherches en ligne, à comparer les informations trouvées et à évaluer la fiabilité des sources"
 

La plate-forme éducative Lab4Future de l'ONG Télécoms sans frontières ©TSF

Le personnel local de TSF envoie régulièrement des ressources, des exercices et des didacticiels vidéo aux enfants. Sur place, notre équipe est en contact avec les parents grâce à l'utilisation de groupes WhatsApp et un retour sur le travail des enfants est fait de façon régulière - Jean-François Cazenave, président de TSF
 


Renforcer la protection des migrants contre le Covid-19


Parmi ses autres actions, TSF apporte information et sensibilisation aux dangers du Covid-19 à quelques 700 migrants latino-américains qui remontent illégalement le territoire mexicain jusqu'à la frontière avec les Etats-Unis. En partenariat avec des associations locales, l'ONG paloise a installé dans une dizaine de centres d'accueil des écrans connectés à un serveur TSF. "Nous diffusons des alertes et des informations remises à jour quotidiennement provenant d'organismes tels que le Haut-commisariat aux réfugiés de l'ONU, l'OMS ou l'Organisation internationale des migrants", détaille Jean-François Cazenave, "nos infographies présentent de façon simple les risques du Covid-19, sa transmission et les mesures de protection pour freiner sa propagation". Ces recommandations, évidentes pour les populations confinées chez elles, peuvent être pour ces personnes en déplacement, une question de survie.  
 

Télécoms Sans Frontières - TSF : Fiche Technique

Télécoms Sans Frontières (TSF) a été créée en 1998 à Pau. 
Son siège est toujours basé dans la cité paloise et elle possède deux bureaux régionaux à Bangkok (Thaïlande) et à Guadalajara (Mexique).

C'est la première organisation non-gouvernementale (ONG) des technologies de l’urgence.

Depuis sa création, TSF est intervenue dans 75 pays. Sa mission : installer des centres de communication d’urgence au bénéfice des acteurs humanitaires locaux et internationaux.

Outre ses activités caractéristiques, TSF adapte ses outils technologiques au bénéfice de personnes vulnérables comme les migrants, les réfugiés et les personnes déplacées dans différents secteurs tels que l’éducation, la santé, les droits des femmes et la sécurité alimentaire.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
humanitaire international monde solidarité société covid-19 santé béarn technologies