LÉGISLATIVES 2024. Qui sont les candidats et les partis du second tour dans les Pyrénées-Atlantiques ?

Ce dimanche 7 juillet, les électeurs des Pyrénées-Atlantiques se rendront pour la seconde fois aux urnes pour élire leurs députés. Sur les six circonscriptions, quatorze candidats sont encore en lice.

Dans les Pyrénées-Atlantiques, 71,93 % des électeurs se sont rendus aux urnes, dimanche 30 juin. Dans le département, le Rassemblement National arrive en tête dans deux circonscriptions sur six et totalise 28,08 % des suffrages. En seconde place, le Nouveau Front Populaire, encore en lice dans une seule circonscription, atteint 26,76%. En troisième position, Ensemble atteint 18,77% mais conserve, par le jeu des triangulaires, deux candidats au second tour. Singularité du département, les Républicains et divers droite atteignent 12,79%.

CARTE : Les candidats en lice pour le 2nd tour apparaissent lorsque vous cliquez sur une circonscription. 

► Retrouvez ici les candidats en lice pour le second tour dans les Pyrénées-Atlantiques dans chaque circonscription

Première circonscription : Josy Poueyto et François Verrière

La députée sortante, Josy Poueyto, est toujours dans la course avec 26,82 % des suffrages du premier tour. Pour le second, la candidate d’Ensemble affrontera François Verrière, le candidat Rassemblement National (27,96 %), en tête du premier tour. 

Dans cette circonscription, une triangulaire s’était formée à l’issue du premier tour, avec, comme troisième candidat, Jean-Yves Lalanne, représentant du Nouveau Front Populaire (19,95 %). Il a cependant choisi de se retirer de la course, dans l’objectif de faire barrage au Rassemblement National. 

Élue depuis 2017, la candidate Modem, Josy Poueyto est originaire de la région parisienne. Première adjointe à Pau depuis 2014, c’est une proche de François Bayrou. Elle est également conseillère départementale des Pyrénées-Atlantiques depuis 1994, soit 23 ans. Elle a été, durant deux ans, vice-présidente du conseil départemental et conseillère régionale de 2011 à 2014. 

Face à elle, François Verrière est le président du Rassemblement National dans le département. Il a été élu en 2021 conseiller régional. Il candidate en 2023 aux élections sénatoriales, sans succès.

Deuxième circonscription : Jean-Paul Mattei, Monique Becker

Député sortant, Jean-Paul Mattei est dans une situation défavorable. Avec 29,6 % des voix, le candidat Modem se place en deuxième position derrière le candidat du RN, Monique Becker, qui réalise un score de 31,14 %. 
Dans cette circonscription, une triangulaire s’était formée à l’issue du premier tour avec la qualification de Julien Brunel, candidat Nouveau Front Populaire (26,49 %). Le candidat écologiste a finalement choisi de se retirer, au profit du candidat de la majorité présidentielle.

Élu depuis 2017, Jean-Paul Mattei, membre du Modem, est un proche de François Bayrou. Il est engagé auprès du parti depuis ses années étudiantes Notaire de profession, il préside depuis 2022 le groupe parlementaire du Modem à l’Assemblée Nationale. Localement, il a été maire de Ger, pendant 16 ans, jusqu’en 2017. Il est également conseiller municipal dans sa commune et président du conseil de l’immobilier de l’État. 

Face à lui, Monique Becker est encartée au Rassemblement National (ex-Front National) depuis 1985. Enseignante retraitée, Récemment, elle a été au cœur d’un scandale autour de son attachement à l’OAS (organisation armée secrète) et l’Algérie française.

Troisième circonscription : David Habib et Nicolas Cresson

Député sortant sans étiquette, mais classé à gauche, David Habib est le seul député sans étiquette à s’être qualifié au second tour dans les Pyrénées-Atlantiques. Dans sa circonscription, il réussit à se placer en tête, avec 37,63 % des suffrages. Une courte avance de 6 points devant son adversaire du second tour, Nicolas Cresson, du Rassemblement national (35,59 %).

Élu depuis 2002, David Habib brigue son sixième mandat. Originaire à Pau, il a été membre du parti socialiste jusqu’en 2022 qu’il quitte suite au rapprochement du parti avec la France Insoumise, lors des élections législatives. En 2019, il endosse le rôle de vice-président de l’Assemblée national pendant quatre ans. Localement, il a été maire de Mourenx de 1995 à 2014 et conseiller général des Pyrénées-atlantiques jusqu’en 2002. 

Face à lui, Nicolas Cresson est militant au Rassemblement national depuis dix ans. Il est président du parti de Marine Le Pen dans le département. Il s’est également présenté aux élections législatives de 2022. Il est par ailleurs assistant parlementaire depuis 2023 et collaborateur du groupe RN au conseil régional. En parallèle, il est concepteur de site web dans la région de Pau.

Quatrième circonscription : Inaki Echaniz, Jean Lassalle et Sylviane Lopez

Le député sortant Inaki Echaniz reste largement en tête de sa circonscription, avec 38,01 % des voix. Le candidat du Nouveau Front Populaire sera, lui aussi, face à une candidate du Rassemblement national, Sylviane Lopez, qui réalisait, dimanche dernier, un score de 25,62 %.

À l’issue du premier tour, une triangulaire s’est formée dans cette circonscription avec la qualification de Jean Lassalle, du parti Résistons qui totalise 18,05 % des voix. Il s’agit donc d’une des deux triangulaires qui se sont maintenues dans le département.

Élu depuis 2022, Inaki Echaniz est originaire d’Oloron-Sainte-Marie. Membre du parti socialiste, il siège au sein de la commission des affaires culturelles et de l'éducation de l’Assemblée Nationale. En 2020, il devient conseiller municipal d’Oloron-Sainte-Marie.

Face à lui, Jean Lassalle, son prédécesseur, tente un nouveau mandat. Originaire de Lourdios-Ichère, il en a été maire pendant quarante ans, jusqu’en 2017. Il a également été député de 2002 à 2022. Il a aussi été conseiller général du département et vice-président de l’institution. Il a par ailleurs été vice-président du Modem de 2010 à 2016 avant de fonder son parti Résistons. Habitué des élections, il était candidat aux élections présidentielles de 2017. En parallèle, il était berger et a fondé une société de conseil. 

Troisième candidate, Sylviane Lopez est retraitée de la fonction publique et de la restauration. La représentante du rassemblement National s’était déjà présentée en 2022 et 2017. Elle avait par ailleurs candidaté aux élections départementales en 2021. 

Cinquième circonscription : Colette Capdevielle et Serge Rosso

La députée sortante, Florence Lasserre s’était qualifiée pour le second tour avec 26,63 % des voix. La triangulaire qui se dessinait n’aura cependant pas lieu. La candidate du Modem a choisi de se retirer au second tour, en faveur de celle du Nouveau Front Populaire. Colette Capdevielle s’est positionnée en tête avec 32,2 % des suffrages lords du premier tour. Elle cumule ainsi cinq points d’avance sur son adversaire du second tour, Serge Rosso (27,54 %).

Ancienne députée de 2012 à 2017, Colette Capdevielle est membre du Parti socialiste. Pendant son mandat, elle a notamment œuvré sur le projet de loi du mariage pour tous ou la réforme pénale. Dans sa circonscription, elle a mis en place un jury citoyen chargé d’attribuer sa réserve parlementaire. Candidate en 2019, elle capitule face à Florence Lasserre. Elle a également été conseillère régionale durant quatre ans et conseillère communautaire de l’agglomération Côté-Basque-Adour. En parallèle, elle est avocate au barreau de Bayonne depuis 1987.

Face à elle, Serge Rosso est à l’origine de la création d’une cellule du Rassemblement National au Pays basque. Encarté dans le parti depuis deux ans, il en gère aujourd’hui la coordination. Originaire de Marseille, Serge Rosso s’est installé il y a trois ans au Pays basque. Il débute avec ces élections sa carrière politique. 

Sixième circonscription : Christian Devèze, Peio Dufau et Victor Lastécouères

Dans cette circonscription se jouera la seconde triangulaire du département. Arrivé en tête, Peio Dufau, le candidat du Nouveau Front Populaire, obtient 29,42 % des suffrages. En deuxième position, l’héritier Ensemble de Vincent Bru, Christian Devèze, réussit à obtenir 26,92 % des voix. Aucun n’a annoncé son retrait pour le second tour. Les deux hommes seront face au candidat du Rassemblement National - Union des droites, Victor Lastécouères, qui totalise de son côté 25,29 % des voix.

 

Candidat du parti abertzale, EH Bai, Peio Dufau se présente, pour la seconde fois, aux élections législatives. En parallèle, celui qui réside à Ciboure est cheminot et syndicaliste CGT. En cas de victoire, il s’agirait du tout premier député EH Bai. 

Face à lui, Christian Devèze, le candidat Modem est maire de Cambo-les-Bains depuis 2020. Il est également conseiller communautaire de la communauté d’agglomération du pays basque.

Candidat du Rassemblement National, Victor Lastécouères est étudiant en histoire. Il a été président de l’UNI à l’université de Pau. Il entame sa carrière politique avec ces élections.

CARTE : Les candidats en lice pour le 2nd tour apparaissent lorsque vous cliquez sur une circonscription. 

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité