Marie Bartête, matricule 107, une des trois dernières femmes bagnardes en Guyane : un documentaire poignant

Marie Bartête, matricule 107 / © Cinergie Productions
Marie Bartête, matricule 107 / © Cinergie Productions

Marie Bartête est née le 25 février 1863 près de Pau. Abandonnée par sa  mère, elle est très vite entraînée dans une délinquance nécessaire à sa subsistance. Laissée pour compte, elle n’a plus la conscience du bien et du mal. Le bagne l'attend. Un documentaire à découvrir le 25 mai à 23:05.

Par Christophe Zirnhelt

C'est à Momein, près de la ville de Pau dans les Pyrénées-Atlantique que naît le 25 Février 1863 Marie Bartête. 
La vie ne commence pas bien pour cette enfant que sa mère ne souhaite pas garder après sa naissance. Entre sa fille et un homme qu'elle souhaite rejoindre en Nouvelle-Calédonie, son choix est fait, il est radical. 

Marie fut l'une des trois dernières femmes bagnardes de Guyane.  Elle a passé 50 ans de sa vie dans ce lieu aujourd'hui encore hanté d'histoires terrifiantes. 

Marie Bartête, "une délinquante d'habitude" 

Marie est très vite entraînée dans une délinquance toute nécessaire à sa subsistance. Complètement désocialisée, cette laissée pour compte, n’a plus la conscience du bien et du mal. Privée de vie affective, de pain quotidien, elle développe le versant instinctif de survie par des comportements répétitifs de vols et d’escroqueries. Ces récidives l'entraînent, petit à petit, vers une plus grande délinquance.

Entre 1887 et 1888, Marie, « délinquante d’habitude », purgera plusieurs mois de prison toujours pour les mêmes larcins. Le cumul des méfaits la voit bientôt condamnée à une lourde peine et vient nourrir ce principe de la « récidive » en appliquant la loi du 27 Mai 1885, sur la « Relégation des Récidivistes ».
Ses trois condamnations (1883 – 1884 – 1885) punissent ainsi Marie de cette loi cruelle.
 
Le Bagne aujourd'hui / © Cinergie Productions
Le Bagne aujourd'hui / © Cinergie Productions

Une Loi terrible 

Pour les adeptes de la « contrition », seule la repentance, le labeur et l’éloignement peuvent laver ces âmes perdues. Alors on punit tout à la fois, la voleuse, la vagabonde, la prostituée, l’infanticide, la meurtrière, l’insurgée.

La relégation consistera dans « l’internement perpétuel » sur le territoire des colonies ou possessions françaises. Elle a pour objectif d’exiler définitivement en Guyane ou en Nouvelle-Calédonie, les multirécidivistes, ceux qui ont accumulé de petits délits (condamnations à plus de trois mois d’emprisonnement pour vol, escroquerie, vagabondage ou mendicité).
Il s’agit d’hommes et de femmes de plus de vingt-et-un ans et de moins de soixante ans qui sont envoyés au bagne à l’issue de leur peine de prison en métropole.

Toutes doivent partir pour l’impérieux besoin d’exiler l’indigent, de coloniser et de féconder la Guyane mystérieuse.

 Une loi supprimée en 1907 

La relégation des femmes, qui - pour la plupart, mouraient dans les cinq ans suivant leur arrivée au bagne – fut supprimée en 1907. Le Second Empire a envoyé des femmes au bagne de Guyane : on ne savait pas encore que c’était vers une mort certaine. La Troisième République a continué, après la fermeture de Cayenne aux européens dès 1869, alors que l'on connaissait l’insalubrité et l’effrayante mortalité, de continuer à envoyer des femmes pour y mourir jusqu’en 1881.
 
Les cellules du bagne / © Cinergie Productions
Les cellules du bagne / © Cinergie Productions


Ainsi partaient pour le bagne deux sortes de criminelles : les filles seules, abandonnées, sans ressources, domestiques ou journalières, le plus souvent coupables d’infanticides, et d’autre part, les forts caractères, les meurtrières et incendiaires, les révoltées qui, souvent condamnées à de longues peines, comprenaient qu’elles ne retrouveraient jamais la liberté. Les premières étaient très demandées par l’administration pénitentiaire, parce qu’on les savait soumises, capables d’être de bonnes mères, "récupérables" en un mot.

Hospitalisée le 28 février 1938, Marie Bartête livre sa dernière bataille contre la maladie.
Le 13 mars 1938, à 76 ans, elle s’éteint d’épuisement et meurt, « par suite de cachexie sénile » à l’hôpital de Saint-Laurent.

Un documentaire, comme une aventure humaine 

Pierre Mathiote (Cinergie Productions) a accepté de revenir sur l'élaboration de ce documentaire. Une expérience professionnelle qu'il a vécue comme une aventure humaine. 

-          Comment est né le projet de ce film ?

Le projet est né comme souvent par le hasard d'une rencontre. J'étais invité en tant que producteur à une séance de pitchs au Centre Occitan de Toulouse dont celui sur la vie de Marie Bartête. Ces pitchs avaient pour but de motiver des producteurs à s'engager sur tel ou tel pitch.

Une seule photo de Marie Bartête 
 

L'unique et seule photo de Marie Bartête / © Cinergie Productions
L'unique et seule photo de Marie Bartête / © Cinergie Productions

L'histoire de Marie Bartête, qui fut l'une des trois dernières femmes bagnardes en Guyane, méritait, en tant que producteur mais aussi réalisateur, d'être proposée au plus grand nombre sous la forme d'un film, en l'occurrence d'un docu-fiction vu qu'il n'existe qu'une seule photo de Marie Bartete.

-          Comment et avec qui avez-vous travaillé ?

Katia Ferré, auteure du roman "Graine de bagnarde" était dans la salle lors du pitch. Nous avons échangé nos cartes. Bien que le livre soit très loin d'un possible scénario, ce qui m'a intéressé c'étaient les archives qu'elle montrait dans son livre. Katia a enquêté pendant une dizaine d'années pour exhumer des documents.
Ses recherches avaient commencé en 2004 par la consultation des archives d’Outre-mer à Aix-en-Provence, puis des archives des Pyrénées Atlantiques, de Bordeaux et pour finir par le service du patrimoine de Saint-Laurent du Maroni qui délivrera les derniers documents de la vie de Marie Bartête, des documents encore inconnus qu’elle révèlera, fin 2013, dans son ouvrage « Graine de Bagnarde ».


N.D.L.R.
Katia Ferré a présenté son ouvrage aux élèves du collège Jean Sarrailh à Monein, ville de naissance de Marie Bartête, un article du quotidien Sud-Ouest à lire en cliquant ici

Il faut dire aussi que Katia est née en Guyane, que son père faisait partie du corps médical de Cayenne et que le "nounou" de Katia était aussi un bagnard. Elle avait donc toute la légitimité pour apparaître aussi à l'écran comme peut l'être un historien. C'est donc par son prisme que j'ai abordé le sujet.

Découvrez les premières images du film documentaire sur la page Facebook de Cinergie Productions, coproducteur, ci-dessous (N.D.L.R.): 
 


-          Qu’est-ce qui vous a le plus surpris dans la vie de Marie Bartête ?

Deux choses parmi cent.

D'abord Marie Bartête a passé 50 ans de sa vie à Saint-Laurent du Maroni au nord de la Guyane alors que la durée de vie moyenne chez les hommes était de 6 ans compte tenu de toutes les bestioles qui vous agressent.

Ensuite il y a cette fameuse loi du 27 mai 1885 sur la "Relégation des Récidivistes" que je connaissais pas.  La relégation a consisté dans l’internement perpétuel sur le territoire des colonies ou possessions françaises des condamnés qu'il fallait éloigner de France. Il fallait exiler définitivement en Guyane ou en Nouvelle-Calédonie, les multirécidivistes qui ont accumulé de petits délits (condamnations à plus de trois mois d’emprisonnement pour vol, escroquerie, vagabondage ou mendicité). Il s’agit d’hommes et de femmes de plus de vingt-et-un ans et de moins de soixante ans qui sont envoyés au bagne à l’issue de leur peine de prison en métropole. 


La vermine de la société 

La petite délinquance était vraiment au yeux de la société comme la vermine du siècle et la femme, loin d’être considérée, a subi le même sort que l’homme. Il faut se rappeler les insoutenables terminologies qui caractérisaient les petits délinquants.
Je cite : "De même que se pose le problème des eaux usées, évacuées par les égouts, s’élabore la perspective de se dégager de destins pestilentiels que le vocabulaire du temps désigne par métaphores." Dans les interventions de la chambre en mars 1885 préludant au vote de la loi sur la relégation des « multirécidivistes », il est question « d’individus gangrénés », « d’errants » qui infestent nos rues et nos jardins publics . Édifiant.


Pour en savoir plus sur le tournage du film consacré à Marie Bartête, voici un article du quotidien Sud-Ouest, à lire en cliquant ici.


-          Est-il facile aujourd’hui de remonter les chemins historiques qui mènent au bagne ?

Maintenant oui parce que vous avez de nombreux musées ou lieux d'exposition qui permettent de bien comprendre cette question. Et puis il y a les visites in situ comme le fameux Camp de la Transportation à Saint-Laurent du Maroni qui abrite le service des archives et du patrimoine.

Raconter l'entiereté de la vie de Marie Bartête

Ils nous ont été d'une grande aide car avant et pendant le tournage, qui s'est étalé sur deux ans, nous avons retrouvé les derniers documents qui nous manquaient pour raconter l'entièreté de la vie de Marie Bartête, ce qui représente environ I/4 d'archives supplémentaires que n'avait pas trouvé Katia Ferré, et surtout des archives qui complétaient ses recherches comme le nombre d'enfants qu'elle a eu, etc. Certaines sont très émouvantes.

Et enfin il y a de nombreuses archives filmées de l'époque ainsi qu'une abondante littérature sur la question dont le célèbre livre d'Henri Charrière "Papillon" qui, je le rappelle, s'appuie sur plusieurs histoires de bagnards pour en faire qu'une seule qu'il s'est attribuée.

 
Les ruines du bagne / © Cinergie Productions
Les ruines du bagne / © Cinergie Productions


-          Que retenez-vous de cette aventure sur un sujet aussi délicat ?

Comme tout film c'est d'abord une aventure humaine. 

M’intéressent le sillage autant que la destinée. Dire que seul compte l’aventure partagée et non l’effet produit sur le téléspectateur serait aller un peu vite en besogne pour un réalisateur, mais les équipes de productions en France comme en Guyane, les équipes techniques, les comédiens, les protagonistes du film sont là, tout proches, aujourd’hui comme demain. Nos œuvres sont d’abord faites de chair avant d’être des images et des sons. Quand je repense au chemin fait tous ensemble, je m’arrête et je me dis que toute cette histoire est vraie. Que tous ces documents manipulés, ces lettres et ces photos, sont autant de chaînons qui ne manquent pas d'émotion. Et comme notre métier c'est de fabriquer du sens et de l'émotion je peux dire qu'avec cette histoire j'ai été servi et que ça se voit à l'image.


Reconstituer les refrains de l'histoire

Je suis toujours surpris, à chaque film, d’entendre des historiens ou des témoins porteurs de la mémoire orale, dire : «  …ça s’est passé comme ça !.. ». De ce vaste puzzle qu’il a fallu organisé avec ma co-auteure Katia Ferré, je me dis que nous n’avions rien à inventer, juste réveiller et combiner des destins, faire de ce film un récit où nous emboîterons ces vies qui ont entouré Marie Bartête pour reconstituer les refrains de l’histoire.





 

Marie Bartête, matricule 107

Le documentaire Marie Bartête, matricule 107 sera diffusé sur France 3 Nouvelle-Aquitiane le lundi 25 mai à 23:05

Scénario :
Pierre Mathiote 
et 
Ch. Katia Ferré 

Réalisation : 
Pierre Mathiote 

Co production : 
FranceTélévisions 
et Guyane Première 
Cinergie Productions 
Avec la participation du CNC 

Durée : 52mn 

A voir et à revoir sur na.france3.fr 

Sur le même sujet

Les + Lus