Meurtre au centre pour demandeurs d'asile de Pau : "le traumatisme est inimaginable"

Le Cada, Centre d'accueil pour demandeurs d'asile, restera fermé encore plusieurs jours a annoncé dimanche soir la direction. Son responsable a été mortellement agressé dans son bureau vendredi dernier, tué vendredi de 13 coups de couteau par un réfugié soudanais.

Des fleurs ont été déposées devant le centre d'accueil en mémoire du responsable de 46 ans, père de famille, violemment assassiné
Des fleurs ont été déposées devant le centre d'accueil en mémoire du responsable de 46 ans, père de famille, violemment assassiné © F3Aquitaine

Le choc, la douleur, la stupéfaction après l'horreur. Comment les salariés du centre Isard-COS vont-ils pouvoir reprendre le travail après le violent assassinat de leur responsable vendredi ?  

Nous souhaitons leur laisser la possibilité de prendre du temps avant de reparler du travail. Encore une fois, le traumatisme est inimaginable.

Philippe Elias  - directreur du Cada

 

Cette semaine toutefois la direction devrait réunir les salariés pour évoquer l'avenir et les modalités de reprise. Leur mission auprès des résidents du Cada va devoir se poursuivre. 

Il y a 170 personnes suivies par le Cada, nous n'allons pas interrompre notre accompagnement.

Philippe Elias - directeur du Cada


Après le drame vendredi un accompagnement psychologique a été mis en place pour l'ensemble du personnel. Une quinzaine sur trente salariés étaient présents au moment de l'agression. 

Le Centre d'accueil pour demandeurs d'asiles (le Cada) restera fermé encore plusieurs jours après l'assassinat de son responsable par un réfugiés soudanais
Le Centre d'accueil pour demandeurs d'asiles (le Cada) restera fermé encore plusieurs jours après l'assassinat de son responsable par un réfugiés soudanais © F3Aquitaine

La procureure de Pau avait souligné samedi le "courage" de deux employés qui avaient maîtrisé l'agresseur "au niveau des bras" et l'avaient cantonné dans un bureau annexe en attendant la police, dans les instants suivant ses coups de coups de couteau mortels.

Le meurtrier a été mis en examen pour assassinat et placé en détention dimanche à la maison d'arrêt de Pau.



    

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société réfugiés béarn