Pau : l'ex-joueur de rugby Steffon Armitage condamné pour agression sexuelle

Steffon Armitage a été condamné pour agression sexuelle / © AFP
Steffon Armitage a été condamné pour agression sexuelle / © AFP

Steffon Armitage, ancien de la section paloise , a été condamné, ce lundi 23 septembre à six mois de prison avec sursis pour agression sexuelle. 

Par Julie Chapman

Les faits se sont déroulés dans la nuit du 6 au 7 décembre 2018. Le rugbyman, en soirée au Connemara, un bar du centre-ville de Pau, a touché la poitrine de Séverine, une jeune femme de 19 ans. Il en avait alors 32.
 

Une procédure particulière


Son procès, qui s’est déroulé au palais de justice de Pau, était une CRPC, une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité. Cette procédure, plus discrète, a permis au sportif un procès public, ce dernier ayant reconnu les faits qui lui sont reprochés. Elle est l'initiative du procureur de la République. 

C'est vraiment un geste fait de la part du parquet que l'on accepte difficilement en tant que victime. C'est frustrant car il y a peu de publicité qui est faite. Il faut pourtant parler de ces agressions sexuelles. 
Carole Sesma, avocate de la victime

À huis-clos, avec le procureur, le joueur a reconnu les faits et accepté la peine de six mois de prison, avec sursis, requise par le parquet.
Steffon Armitage a été condamné pour agression sexuelle


Sur fond d’alcool


Son geste, le rugbyman palois l’explique par son état alcoolique.

Cette décision était aussi une décision à titre d’exemple pour toute cette jeunesse, sportive ou non-sportive, qui ne sait plus sortir le soir sans s’alcooliser et se rendre coupable de faits tels que ceux-là. Ce problème d'alcool n'a pas été touché du doigt pendant les auditions. 
Carole Sesma, l’avocate de la victime.

Cette mention, ne sera cependant pas inscrite dans son casier judiciaire, afin de ne pas entraver sa carrière au club de San Diego, aux Etats-Unis. Il a également été condamné à 5000 € de dommages et intérêts, liés aux revenus du rugbyman, qui gagnait 30 000 € par mois, à la Section Paloise.
 

Sur le même sujet

Fraude à la licence IV : les commerçants de Sarlat s'inquiètent

Les + Lus