Pyrénées-Atlantiques : très forte suspicion de grippe aviaire dans un élevage en Béarn, un abattage préventif ordonné

Une suspicion clinique très forte d'influenza aviaire a été déclarée dans un élevage de Baigts-de-Béarn. Un abattage préventif a été réalisé, et 26 communes des Pyrénées-Atlantiques sont désormais placées en zone réglementée.

Canards d'élevage (illustration)
Canards d'élevage (illustration) © France 3 Aquitaine

La menace de la grippe aviaire s'étend. Alors que près d'une cinquantaine de foyers confirmés se situent dans les Landes, une "suspicion clinique très forte" vient d'être déclarée dans un élevage de Baigts-en-Béarn, a annoncé la préfecture des Pyrénées-Atlantiques. 

En attente de confirmation du laboratoire de référence

Aux symptômes évocateurs, se sont ajoutés les résultats positifs du laboratoire des Pyrénées et des Landes. Seul le verdict du laboratoire de référence national pourra confirmer définitivement la présence du virus dans l'élevage. Pour autant, un abattage préventif des palmipèdes suspect a d'ores et déjà été ordonné.

Des élevages en zones réglementées

Conséquence de cette suspicion : les élevages situés dans les environs de Baigts-en-Béarn sont désormais placées en "zone de contrôle temporaire". Il s'agit des élevages des communes de Baigts-en-Béarn, Bérenx, Làà-Londrans, Lanneplaàa, L'Hopital-d'Orion, Orthez, Ramous, Saint-Boes, Salles-Mongiscard, Salies-de-Béarn et Sallespisse.

Les marchés de volailles, les mouvements de volailles y sont interdits. Les volailles de basse-cour doivent être confinées au moyen de filets afin d'éviter tout contact avec les oiseaux sauvages. Sont interdits également tout mouvement ou déplacement d'oiseaux vivants et de fumiers.

La découverte de nouveaux foyers dans les Landes a également entraîné le placement en "zone de surveillance" des communes de Bellocq, Lahntan et Puyoo, Bonnut, Saint-Girons en Béarn, Arget, Cabidos, Castéide-Candau, Labeyrie, Malaussane, Montagut, Morlanne, Piets-Pliasance-Moustrou, Saint Médard et Sault-de-Navailles.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
béarn grippe aviaire agriculture économie