Saint-Jean-de-Luz : très forte mobilisation pour dénoncer la violente agression d'un bascophone

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christine Le Hesran et Perrine Durandeau

Toutes les générations, toutes les sensibilités politiques se sont mobilisées en soutien au Basque, violemment molesté car parlant sa langue. Des centaines de personnes se sont rassemblées à Saint-Jean-de-Luz mardi soir 6 juillet.

La place Louis XIV de Saint-Jean-de-Luz était noire de monde ce mardi 6 juillet. Les Bascophones ne veulent pas laisser passer ça, cette agression à l'égard de deux hommes parlant basque. Bien d'autres habitants du Pays basque aussi.

Ils sont près d'un millier à s'être rassemblé à Saint-Jean-de-Luz contre cette violence.

Lors du week-end des « non-fêtes » de la Saint-Jean, l'un des bascophones s'exprimant dans sa langue a été pris à partie par trois hommes au son des "on est en France ici, c'est quoi ce patois ?" avant d’être molestée et rouée de coups. 

Dans la foule réunie mardi soir 6 juillet à Saint-Jean-de-Luz, cette jeune femme choquée par ce qui s'est passé. "Je suis au Pays basque, ma langue, c'est le basque. Je veux vivre en basque." martèle celle qui poursuit des études pour être prof de basque.

Ce genre de comportement, c'est inacceptable.

Jeune manifestante

Présente à ses côtés, une autre jeune femme poursuite. "Pour moi, on a toujours cohabité. Je ne comprends pas. " Une cohabitation dès l'école entre les enfants parlant basques et ceux parlant le français. Sans problème, sans violence bien entendu. 

Ça nous choque, même la violence tout court, je ne comprends pas. 

Jeune manifestante

Cette femme plus âgée aussi est toute émue, se rappelant sa grand-mère basque. " Je trouve dommage qu'on puisse se faire agresser pour une langue. Est-ce qu'on irait agresser des Bretons pour leur langue, c'est la même histoire" dit cette femme. 

 

Les Basques soudés

Au milieu des chants et des applaudissements, tous les manifestants présents ont répondu à l'appel à la mobilisation en soutien à la langue basque et contre les violences. "On s'est tous sentis concernés par ce qui s'est passé." dit cette manifestante. Appel lancé par les jeunes locuteurs, les membres du gaztetxe, la maison des jeunes de St Jean de Luz Ciboure.

"On a été choqué par cet acte de violence qui s'est passé pendant les fêtes de St-Jean. On trouve pas ça normal. Et on s'est dit que si on laissait passer ça, ça allait passer comme un acte normal, banalisé. On voulait réveiller les consciences." témoigne Xabi Lafitte, à l'origine de cette mobilisation lancée pour ce rassemblement. "On peut parler basque ici dans les rues, y a pas de soucis avec ça." 

Des élus de la ville, comme Pello Etcheverry, conseiller municipal de Saint-Jean-de-Luz, sont présents parmi les manifestants. "On a le devoir d'être là avec ce qui s'est passé. On est choqué et on combat les actes de violence en général et celui là en particulier puisqu'il concerne la langue basque."

"Des imbéciles, il y en a toujours eu. Mais en assumant ce thème là, cette opposition à la langue basque, c'est inadmissible, inqualifiable. On est là pour montrer qu'on est solidaire de Jean-Louis (l'homme agressé NDLR) et de l'euskara." témoigne Paskal Lafitte, élu Herri Berri de la ville. 

La victime a porté plainte nous a confirmé Jérôme Bourrier, procureur de Bayonne. Une enquête est en cours pour rechercher les auteurs de l'agression. 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité