• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Où ? Quand ? Comment ? (et pour qui ?) Tout savoir sur les élections européennes

© Pexels
© Pexels

Scrutin mal connu des électeurs, les européennes en mai 2019 peinent à mobiliser. Cette année, le scrutin est quelque peu parasité par le Brexit et pourrait être fortement bouleversé. Explications.
 

Par Gwendolina Duval

Les élections européennes se dérouleront entre le 23 et le 26 2019 dans tous les pays de l'UE. En France, la date du scrutin a été fixée au dimanche 26 mai 2019. Réputé peu lisible, le scrutin pourrait se compliquer encore d’avantage avec le Brexit.

Pour pouvoir participer au vote, vous devez être inscrits sur les listes électorales. Si auparavant la date limite était le 31 décembre de l'année qui précédait le scrutin, la réforme des lois Pochon-Warsmann du 1er août 2016 permet désormais de pouvoir s'inscrire jusqu'au 6e vendredi précédant le scrutin. Mais attention, pour le scrutin européen de 2019, c'est avant le 31 mars. 

Comment s’inscrire ?



L’inscription peut se faire en ligne avec un compte service-public.fr ou via France Connect, ou encore directement en mairie avec une pièce d’identité et un justificatif de domicile.
Les jeunes qui atteignent 18 ans et les français qui obtiennent la nationalité en 2019 sont inscrits automatiquement.   

Pour la première fois, un service en ligne, mis en place par le ministère de l'Intérieur permet à chacun de vérifier s'il est bien inscrit sur les listes électorales : interroger sa situation électorale. 


Comment on vote ?


Chaque parti présente une liste de candidats. Les élections européennes se font en scrutin universel à la proportionnelle en un tour. Concrètement, tous les partis qui obtiennent plus de 5% des voix sont représentés et gagnent des sièges proportionnellement à leur nombre de voix.

Cette année, 705 eurodéputés seront élus (contre 751 précédemment : une nouveauté du Brexit).

Et avec le Brexit ?


Tous les ressortissants des 27 pays membres de l’Union Européenne doivent voter.  Les électeurs ont jusqu’au 31 mars pour s’inscrire sur les listes. Dans certains pays, ce vote est obligatoire comme en Belgique, au Luxembourg, en Grèce, au Danemark...

Qu'ils habitent au Royaume-Uni ou en France ou dans n'importe quel autre pays de l'Union Européenne, si tout se passe comme prévu, les ressortissants britanniques ne voteront pas. Les élections européennes ne concernent que les citoyens européens.
Si tout se passe comme prévu… c'est-à-dire si le Brexit a bien lieu le 29 mars 2019.

En toute logique, le pays doit sortir de l’espace européen, donc il ne sera plus représenté par des députés au Parlement. D’ailleurs, les autres pays membres se sont déjà redistribué une partie de leur sièges (la France passe de 74 à 79).


Et sinon ?


Si le Brexit n’a pas lieu, ça se complique… Dans le cas où le Royaume-Uni ne peut pas sortir de l’Europe (avec ou sans accord), il sera obligé de demander un report. En fonction de la durée de celui-ci, les élections européennes pourraient être ou non perturbées.

Le pire des scénarios : le report du Brexit se prolonge au-delà du 30 juin 2019 (date de prise de fonction du nouveau parlement), alors le Royaume-Uni pourrait bien être forcé à organiser un scrutin, et les Britanniques (où qu'ils soient) de voter.

 

Sur le même sujet

Réaction d'un gilet jaune en Charente

Les + Lus