Le rapport annuel du Secours Catholique pour 2019 pointe une hausse de la pauvreté, la région n'est pas épargnée

Le rappport annuel du Secours Catholique-Caritas vient d'être publié pour l'année 2019, et avant même la crise sanitaire et économique la siuation s'est aggravée dans le pays et dans la région.
La  crise sanitaire fait basculer plus de Français dans la précarité
La crise sanitaire fait basculer plus de Français dans la précarité © Henri Porchier, MaxPPP
Chaque année, le Secours Catholique-Caritas publie un rapport sur la pauvreté en France. L'association recueille des informations auprés d'une partie des personnes qu'elle accompagne. Pour 2019, 55 400 situations ont été étudiées, sur les 1 393 000 personnes accueillies. C'est à dire avant la crise sanitaire, le confinement, la crise économique. Et pourtant la situation des plus précaires s'est encore aggravée.
Pour Thérèse Lecroart, la présidente de la délégation des Charentes du Secours Catholique, la raison en est le fossé de plus en plus grand entre les plus riches et les plus pauvres.

Les riches sont de plus en plus riches et les plus pauvres sont de plus en plus pauvres.

Thérèse Lecroart, présidente de la délégation des Charentes du Secours Catholique

Dans les deux départements charentais, le nombre de personnes accueillies n'est pas forcément plus élevé, mais les publics changent, il y a de plus en plus de personnes seules avec des enfants, des hommes ou des femmes. Et certains ont vu leur vie basculer.

Des personnes et, des familles qui étaient juste sur le bord sont tombées dans la précarité.

Thérèse Lecroart, présidente de la délégation des Charentes du Secours Catholique

Même constat dans la délégation du Poitou qui comprend les Deux-Sèvres et la Vienne. Les plus précaires n'ont quasiment plus rien une fois qu'ils ont payé le loyer.et l'énergie. La situation de certaines familles pousse parfois  à des choix cornéliens : payer la cantine scolaire ou la facture d'électricité, se soigner ou acheter à manger ?

Selon le Secours Catholique, le non recours aux aides sociales est en augmentation. Demander le RSA ou les allocations logement devient de plus en plus complexe et la quasi totalité des demandes se font en ligne, beaucoup de familles en grande précarité n'ont pas d'ordinateur et ignorent parfois qu'elles ont des droits sociaux.

C'est pourquoi l'association demande la mise en place d'un revenu minimum garanti de 890 euros, "la seule solution pour avoir une vie à peu près décente". Le Secours Catholique demande aussi un accès digne à l'alimentation.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
crise économique solidarité société