Régionales 2015 : l'extrême gauche appelle à faire barrage à la droite et au FN

© François Guillot /AFP
© François Guillot /AFP

L'ensemble des composantes du Front de gauche, qui n'a pas franchi la barre des 5% pour fusionner avant le second tour des régionales dimanche en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes a appelé mardi ses électeurs à faire barrage à la droite et à l'extrême-droite.

Par DV et AFP

Olivier dartigolles, chef de file régional du Front de gauche n'a recueilli que 4,85%  des suffrages et ne pouvait donc pas fusionner avec la tête de liste d'Union de la gauche, menée par Alain Rousset, arrivée en tête avec 30,4% des voix.
En 2010, le Front de gauche avait recueilli 9,5% des suffrages.
Alain Rousset, président sortant, a devancé la liste d'Union de la droite et du centre conduite par Virginie Calmels (27,2%) et celle du Front National menée par Jacques Colombier (23,2%).
Ensemble ! et le Parti de gauche, deux des composantes du Front de gauche, appellent "à la résistance face à la droite et au FN, mais aussi à continuer le combat pour imposer une alternative de gauche face à la politique menée par le PS en région sous l'égide du gouvernement Valls-Macron".

Sans appeler clairement à voter pour Alain Rousset, les deux formations jugent "plus que jamais nécessaire de reconstruire une perspective d'avenir crédible" et "dans l'immédiat n'accorder dimanche aucune voix à la droite et à l'extrême droite".

Pour sa part, le Parti communiste, troisième composante du Front de gauche, avait lundi dans un communiqué appelé "à dire non à l'austérité qui nourrit la désespérance et à ne laisser aucune chance à la droite et l'extrême droite de prendre les rênes de la région".


Sur le même sujet

Les + Lus