Régionales 2021 en Nouvelle Aquitaine : La bataille des sondages

La guerre des nerfs a commencé entre les écologistes et les socialistes en vue des élections régionales de mars 2021. Chaque camp a commandé ces derniers jours un sondage pour connaître les rapports de force. Sauf que les résultats confortent les uns... et les autres.
la guerre des nerfs a commencé entre Alain Rousset (PS) et Nicolas Thierry (EELV)
la guerre des nerfs a commencé entre Alain Rousset (PS) et Nicolas Thierry (EELV)
Les sondages politiques seraient-ils comme l’école des fans, l’émission du regretté Jacques Martin à l’issue de laquelle tout le monde avait gagné ?
C’est en tout cas l’impression que l’on pourrait avoir en lisant les résultats de deux sondages parus ces derniers jours, concernant les intentions de vote pour les prochaines élections régionales.

L’un, effectué par l’institut Harris Interactive et commandé par Europe-Ecologie –Les Verts donne la victoire au second tour à Nicolas Thierry, tête de liste EELV, en cas de grande alliance des forces de gauche, socialistes compris.

L’autre, réalisé par Opinion Way pour le Parti Socialiste, place Alain Rousset en tête à l’issue du 1er tour.
A cinq mois des élections, ces sondages peuvent paraître prématurés pour beaucoup de Néo-Aquitains pour qui les prochaines régionales sont loin d’être le sujet de conversation prioritaire.
 
sondage Harris Interactive pour EELV
sondage Harris Interactive pour EELV
 
sondage opinion way pour le PS
sondage opinion way pour le PS


Des alliances déterminantes au second tour

Pour autant, ces enquêtes d’opinion sont intéressantes à plus d’un titre.
Le premier enseignement de ces deux sondages, c’est la dynamique des écologistes qui semblent surfer sur les bons résultats des dernières élections européennes et municipales.
Pour Opinion Way, la liste verte obtiendrait ainsi 17% au 1er tour en cas d’alliance avec le PCF et Génération.s, le parti de Benoît Hamon. Une intention de vote qui monte à 19% dans le sondage opéré par Harris Interactive. Une alerte pour Alain Rousset qui doit penser à ce qu'il s'est passé à Poitiers lors des dernières municipales, avec la victoire surprise de la jeune écologiste Léonore Moncond'huy face au baron socialiste Alain Claeys. 

Le deuxième enseignement de cette guerre des sondages, c’est qu’en publiant l’enquête Opinion Way qu’il a lui-même commandé, le Parti socialiste dit (sans le dire) que sa tête de liste sera bien Alain Rousset, alors même que le président sortant n’a toujours pas déclaré officiellement sa candidature.

Le troisième enseignement, c’est le très bon score de la liste du Rassemblement National, emmenée par Edwige Diaz, obtenant selon les sondages entre 21 et 23%  au 1er tour, faisant du parti d’extrême droite la première force politique de ce 1er tour, mais sans réserve de voix au second tour.

De fait, la grande leçon que l’on peut tirer de ces deux sondages, c’est avant tout l’importance des alliances.
Par exemple, s’ils veulent atteindre le second tour, les écologistes doivent nécessairement s’allier avec le PCF et Génération.s.
Et si EELV veut gagner les élections, une alliance entre les deux tours est obligatoire avec la liste socialiste mais aussi celle de La France Insoumise.

Autant dire que tout cela semble bien hypothétique, tant les tensions entre les anciens alliés au conseil régional sont devenues fortes. On imagine mal, par exemple, Nathalie Lanzi, vice-présidente socialiste de la région, battue aux dernières sénatoriales dans les Deux-Sèvres pour cause de maintien des écologistes au second tour, pardonner ces derniers et se sacrifier pour la liste EELV.

 







 
Les régionales auront-elles lieu en mars 2021 ?
Il existe beaucoup d'incertitudes concernant la tenue des élections régionales. La loi les fixe au mois de mars 2021, mais la crise sanitaire pourrait bien modifier la donne. 
Le gouvernement a lancé il y a quelques jours une commission transpartisane pilotée par l’ancien président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré, pour décider d’un éventuel report des scrutins régionaux et départementaux. Une perspective qui déplait fortement - entre autre - à la droite et aux écologistes.
La droite, parce que des résultats de certaines personnalités têtes de liste (Xavier Bertrand dans les Hauts de France, Valérie Pécresse pour l'Île de France) dépendra leur capacité à devenir le candidat pour l'élection présidentielle.
Quant aux écologistes, ils comptent bien surfer sur la dynamique électorale suite aux dernières municipales. 
Malgré ces réticences, il y a de fortes chances que le gouvernement reporte les régionales et départementales, d'autant que selon un sondage Odoxa-La Dépêche, près d'un français sur sept serait favorable à ce report (69% d'opinion favorable ou très favorable).
Sachant enfin que ce genre de scrutin intermédiaire est généralement défavorable au pouvoir en place, on imagine mal le gouvernement insister pour que les départementales et régionales aient lieu en mars prochain.
La réponse devrait être donnée dans les prochaines semaines. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections fusion des régions réforme territoriale europe écologie les verts parti socialiste