Vente des Girondins : les négociations se poursuivent

Le château du Haillan. / © FTV
Le château du Haillan. / © FTV

C'est un long feuilleton. Celui de la vente du club des Girondins de Bordeaux. La piste de Joseph DaGrosa, un homme d'affaire américain, semble privilégiée.

Par C.O

Il y avait deux options. L'ouverture du capital du club à un ou plusieurs investisseurs français. Ou la piste du rachat du club par des investisseurs américains. Et c'est visiblement cette dernière qui semble encore aujourd'hui privilégiée. Elle a un nom : Joseph DaGrosa, propriétaire d'un fonds d'investissement.
Les négociations entre cet homme d'affaire américain et Nicolas de Tavernost durent depuis plusieurs mois. Et visiblement le patron de M6 et propriétaire des Girondins ne semble pas avoir changé d'avis. Il veut un acheteur avec de solides garanties pour assurer la pérénité du club. Difficile d'en savoir beaucoup plus sur l'évolution des tracatations.

"C'est une affaire qui se règle entre un acheteur et un vendeur et n'étant ni l'un ni l'autre, je ne suis pas aux premières loges pour etre infrmé sur l'issue des négociations. Dans un processus d'eventuelle cession il y a forcement des analyses d'affaire, il y a beaucoup de travail donc pour moi c'est un processus vraiment normal et qui suit son cours", explique Stéphane Martin le président du club.




Au Haillan, c'est donc le grand calme. Pas de joeur, la reprise n'est que dans deux semaines. Alors oui c'est l'époque des transferts et peut-etre aussi celle pour clore le "dossier vente". Mais qui sait quand cela se jouera, dans les prochains jours, d'ici quelques mois ou dans un an ?

"Bordeaux est une marque attractive pour tout un certain nombre de raisons. C'est un club historique de notre championnat, explique Christophe Lepetit, économiste du sport. C'est un club qui est bien structuré, qui bénéficie d'un nouveau stade même si il n'en est malheureusement pas propriétaire. Et puis audelà du club de foot, Bordeaux résonne à l'international".



Vente des Girondins : les négociations se poursuivent


A lire aussi

Sur le même sujet

Safran dédommage Dassault pour moteur défectueux avec un chèque de 280 millions de dollars

Les + Lus