Châtellerault : 98 licenciements sur les 213 suppressions d'emploi chez Mecafi, le sous-traitant aéronautique

Le processus de mise en place du PSE ( Plan de Sauvegarde de l'Emploi ), entamé il y a un mois, arrive à son terme chez le sous-traitant aéronautique Mecafi, à Châtellerault. 213 suppressions d'emplois sont prévues dont 98 licenciements contraints.
Après le plan de départs volontaires et de licenciements, Mecafi emploiera 283 salariés à Châtellerault.
Après le plan de départs volontaires et de licenciements, Mecafi emploiera 283 salariés à Châtellerault. © Thomas Chapuzot/France Télévisions
Après plusieurs semaines de grève cet été et des négociations tendues du PSE (Plan de Sauvegarde de l'Emploi), syndicats et direction de Mecafi, filiale du groupe Nexteam depuis 2018, avaient signé un accord le 20 octobre dernier. Celui-ci avait acté 213 suppressions de postes sur les sites châtelleraudais du sous-traitant aéronautique qui travaille pour Airbus et Boeing.
La direction a justifié ces suppressions d'emploi par les difficultés financières rencontrées par Mecafi en raison de la crise sanitaire de la Covid-19 qui a entraîné la chute du secteur aéronautique. Pour leur part, les syndicats avaient affirmé que, même si la filiale Mecafi rencontre des difficultés, le groupe Nexteam, installé à Marmande dans le Lot-et-Garonne et spécialisé dans l'usinage de pièces détachées pour l'aéronautique, se porte plutôt bien. 

Les lettres de licenciement vont partir

L'étape finale du PSE est désormais enclenchée. 113 demandes de départs volontaires, sur les 116 dossiers déposés, ont été acceptées par la direction parmi le personnel impacté par le plan social et huit supplémentaires parmi le personnel non-impacté. Pour atteindre les 213 suppressions de postes, le sous-traitant aéronautique va licencier 98 personnes.
Une première réunion entre les syndicats et la direction, supervisée par l'Inspection du Travail, s'est tenue hier mercredi 25 novembre pour établir la liste des salariés qui seront concernés par ces licenciements. Ce listing, qui doit prendre en compte le profil de chaque personne, est en cours de finalisation.

Les 98 salariés qui vont être licenciés vont l'apprendre dans l'après-midi ou demain. Début décembre, ils vont recevoir leur lettre de licenciement économique, juste avant les fêtes de Noël et de fin d'année. C'est la direction qui va les contacter pour leur apprendre.

Stéphane Le Bihan, délégué syndical CGT de Mecafi

Ce PSE suffira-t-il à assurer la poursuite de l'activité de Mecafi ? Difficile d'y croire pour Stéphane Le Bihan, délégué CGT, qui se montre plutôt pessimisme face au marasme du secteur de l'aviation civile.

A mon avis mais cela n'engage que moi, je pense que ça va être compliqué à moins que demain tous les avions revolent comme avant...Ce sont les compagnies aériennes qui achètent les avions sauf qu'elles font faillite les unes après les autres. Donc, ça va être très compliqué.

Stéphane Le Bihan, délégué syndical CGT de Mecafi

Les 98 licenciements seront effectifs en fin d'année. A la fin du processus, Mecafi ne comptera plus que 283 salariés répartis sur ses trois sites de Châtellerault, fortement touché par la crise économique engendrée par la pandémie de Covid-19.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie licenciement emploi