Châtellerault : menacé de mort sur Internet, le conseiller régional Cyril Cibert porte plainte

Victime depuis plusieurs jours d'un déferlement de propos haineux sur Twitter et Facebook, le conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine a porté plainte contre X. Ce matin, il a reçu le soutien de la direction nationale du Parti Socialiste. 

© FTV

Tout est parti d'un tweet publié dimanche soir. Dans ces quelques lignes, le conseiller régional PS Cyril Cibert s'interrogeait sur le fait que Valérie Boyer, porte-parole de François Fillon, arborait une croix sur le plateau de France 2 où elle était invitée pour commenter la victoire de son candidat à la primaire de la droite. 

plus de 500 messages

Ces propos ont rapidement déclenché un flot de réactions virulentes à l'encontre de l'élu : insultes en tous genres "et même des menaces de mort. explique Cyril Cibert. "Depuis dimanche soir, ma boite mail déborde. J'ai reçu plus de 500 messages sur mon compte Twitter, ".  Hier, il s'est donc rendu au commissariat de Poitiers pour y déposer une plainte contre X pour "menace de mort matérialisée par écrit". "La police a une copie de tous les messages et elle va rechercher leur(s) auteur(s)", assure-t-il. Il a également fait un signalement sur le site dédié du Ministère de l'intérieur : www.internet-signalement.gouv.fr

Solférino à la rescousse

Face à cette situation, la direction nationale du parti Socialiste a publié un communiqué de soutien ce matin. Solférino y dénonce "la lâcheté anonyme et quotidienne de la fachosphère (...) encore une fois à l’œuvre" et "condamne avec la plus grande fermeté ces comportements inacceptables".  

Plus tôt dans la semaine, les élus socialistes apparentés de Nouvelle Aquitaine avaient fait de même. 
Cyril Cibert qui dit avoir reçu localement de nombreuses marques de soutien à droite comme à gauche (d'Olivier Chartier à Alain Claeys en passant par Bruno Belin et Jean-François Macaire), affirme qu'il ne renoncera pas à dire ce qu'il pense "Je suis un homme qui assume ses convictions mais je suis inquiet surtout la suite. Un tel flot de haine me fait peur pour 2017".


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société politique primaire les républicains polémique région nouvelle-aquitaine