Philippe Croizon en route pour le départ du Paris-Dakar 2017

Philippe Croizon dans le cockpit de son véhicule tout-terrain. / © AFP
Philippe Croizon dans le cockpit de son véhicule tout-terrain. / © AFP

Quand on rêve, il faut foncer”, c'est la belle devise de Philippe Croizon. En 1994, le Châtelleraudais a été touché par une ligne électrique de 20 000 volts. Malgrè son quadruple handicap, Philippe croque la vie à belles dents en multipliant des défis. Il sera au départ du Dakar 2017.

Par Bernard Dussol

300 autos, 146 motos, 50 camions et 37 quads seront au départ du prochain Dakar-2017 qui emmènera du 2 au 14 janvier les concurrents du Paraguay à l'Argentine, en passant par la Bolivie.

Philippe Croizon assistait hier à Paris à la conférence de presse des organisateurs qui ont fourni quelques détails piquants sur la prochaine épreuve. Sur près de 9000 km de routes, de pistes et de dunes, l'aventure sera aussi rendue complexe par un séjour en haute altitude d'une semaine.

Le quadruple amputé se régale à l'avance de ce parcours qui va lui permettre de vivre un rêve d'enfant. "Quand j'étais plus jeune, dit-il, j'allais voir du rallye dans ma région et je me suis rendu quelques fois à Magny-Cours à l'époque de la F1." Cette fois, c'est lui qui pilotera un bolide spécialement conçu pour surmonter son handicap, un prototype qu'il a appris à maîtriser sur le parcours du dernier Rallye du Maroc.

Croizon sera donc au départ du Dakar au volant d'un buggy équipé d'un joystick hybride qui dirige l'accélération, la direction et le lecteur de vitesse sans aucun contact avec le volant ni les pédales. C'est “Comme dans un jeu vidéo !”, dit-il, en précisant que le développement en a été effectué en partie aux États-Unis.

Avec les autres concurrents, il devra aborder le départ d'Asunción sous un climat tropical et une chaleur dépassant les 40 degrés, puis se confronter quelques jours plus tard à des températures négatives… pour ceux qui rouleront en nocturne sur l'Altiplano bolivien. L'amplitude thermique sera surtout le corollaire de la montée en altitude que connaîtra le Dakar, partant du niveau de la mer pour flirter avec les 5000 mètres. 

Depuis sa délocalisation en 2009, le rallye-raid n'a en effet jamais emprunté un parcours aussi septentrional et comportant autant d'étapes en haute montagne : cinq spéciales seront disputées à une altitude de plus de 3.500 m, ponctuées par une journée de"repos" à La Paz, capitale la plus élevée du monde (3.600 m), le 8 janvier. Philippe Croizon se régale par avance de ce parcours sur lequel il a l'intention den faire parler la poudre.








A lire aussi

Sur le même sujet

réaction de Maïtre Gonthier, avocat du Château Giscours

Les + Lus