À Poitiers, le cambriolage d'un magasin de vélos avec un mode opératoire spectaculaire et bien connu dans la région

Le magasin spécialisé en vélos, Freecycle a subi un cambriolage d’ampleur dans la nuit du 21 au 22 octobre. Après avoir fait un trou dans le toit de l’établissement, les cambrioleurs ont extirpé une trentaine de vélos d’une valeur de 3 000 à 8 000 euros chacun.

C'est un véritable coup dur pour le gérant. Le 22 octobre 2021, ce dernier a découvert son magasin, Freecycle, situé à Poitiers Sud, avec une trentaine de vélos manquants, mais également une partie de son toit. Un mode opératoire rappelant celui de plusieurs cambriolages de boutiques spécialisées dans la vente de vélos dans la région. Pour le magasin cambriolé une première fois en décembre 2019, l'addition est salée.

Il y a quelques semaines déjà, le responsable du magasin avait constaté une tentative d’intrusion par une fenêtre située en hauteur et inaccessible du sol. Cette fois-ci, c’est par le toit que sont rentrés les cambrioleurs et ont réussi à s’emparer des vélos flambant neufs, destinées à la pratique sportive et notamment au contre-la-montre. Et ce, malgré le système d’alarme anti-intrusion mis en place. S’il est encore en cours de calcul, le préjudice est important car, en plus des réparations du toit, chacune des pièces vaut entre 3 000 et 8 000 euros.

De nombreux cambriolages semblables

Découper la toiture et l’isolation de magasin de vélos pour récupérer les cycles à l’aide d’un grappin, une méthode qui a déjà fait de nombreuses victimes dans la région. Dès juin 2019, un cambriolage de cette ampleur avait eu lieu dans une enseigne de Châtellerault. En septembre 2020, ce fut le tour d’un magasin de Migné-Auxances d’en faire les frais.

Mais les quelques cambriolages effectués dans la Vienne sont loin d'être isolés et s'étendent à tout l'Ouest et le Nord de la France. Selon les informations de la Nouvelle République, la série de cambriolages avec cette méthode particulière aurait débuté en février 2019 à Romorantin dans le Loir-et-Cher. Ce n’est qu’en juin 2021 que la filière de huit cambrioleurs a été jugée et condamnée par la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Rennes pour ces vols qui représentaient, selon France Bleu, un butin total de 848 000 euros. "Les investigations nourries par les recoupements et les opérations de criminalistique vont permettre de leur imputer une dizaine de cambriolages commis entre février et septembre 2020 dans les départements de Loir-et-Cher, Moselle, Vosges, des Deux-Sèvres, de l’Ille-et-Vilaine, du Pas-de-Calais et de la Vienne", écrit la Nouvelle République.

Une méthode ayant inspiré d’autres cambrioleurs ? Pour le moment, la police ne donne aucune précision. Une enquête a été ouverte et dès le vendredi 22 octobre, une équipe technique et scientifique de la police opérait sur les lieux. Les forces de l’ordre indiquent que des patrouilles circulent régulièrement dans les zones commerciales notamment pour dissuader les cambrioleurs, mais pour le moment aucune vigilance accrue n’est déployée autour des magasins de vélos.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
banditisme faits divers criminalité