Baignade et activités en eau douce : gare à la leptospirose

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christina Chiron .

Avec les beaux jours, les envies de baignade se font plus pressantes. Mais en eau douce, attention à la leptospirose. Transmise par les urines des rongeurs, cette maladie est bénigne dans la plupart des cas, mais malgré tout, quelques précautions sont à prendre
 

Avec l'été, les plaisirs des activités en milieu aquatique sont de retour. Mais le réchauffement climatique est synonyme de développement des bactéries dans nos lacs et rivières. Parmi elles, la leptospirose, dont le nombre de cas de contamination a doublé en 4 ans en Nouvelle Aquitaine. 

Heureusement, dans la plupart des cas, cette maladie est bénigne. Pour autant, le risque zéro n'existe pas. Cas extrême et rare, en mai dernier, un triathlonien est décédé en Gironde

Transmise à l'homme par l'urine des animaux infectés - essentiellement des rongeurs - avec les muqueuses (nez, bouche, yeux), les plaies ou une peau saine macérée, la leptospirose peut toucher n'importe qui. 

La manifestation de la maladie apparaît 3 à 20 jours après la contamination. Sur son site internet, l'Agence Régionale de Santé liste les symptômes qui doivent alerter :
  • Apparition brutale d’une forte fièvre avec frissons,
  • Douleurs musculaires et articulaires,
  • Maux de tête,
  • Troubles digestifs fréquents 
La bactérie peut survivre plusieurs mois en eau douce ou en milieu humide. Prudence donc pour les baigneurs, pêcheurs, chasseurs ou kayakistes. 

Il existe un vaccin pour les personnes à risque, mais l'Agence Régionale de Santé délivre ces quelques recommandations :
  • Désinfecter et protéger les plaies ou égratignures avec un pansement imperméable et éviter tout contact des mains souillées avec ses yeux, son nez et sa bouche
  • Se laver les mains à l’eau potable et au savon après une activité de loisir ou sportive
  • Porter des équipements de protection en fonction de l’activité (gants, bottes, combinaison, lunettes de protection)
Chaque année, on compte environ 600 cas de leptospirose en France, dont 80 environ en Nouvelle-Aquitaine.

Reportage de Philippe Tanger, José Sousa, Luc Barré et Josiane Etienne
Intervenants : Jean-Michel Lucquiaud, Président club les pagayous Vivonne, une riveraine et Stéphane Bouges, Médecin Epidémiologiste Agence régionale de Santé
 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité