"Ça donne une nouvelle dimension au parc" : le parc aquatique du Futuroscope sort de terre pour ouvrir en juillet 2024

Le Futuroscope a rouvert ses portes en février mais il faudra attendre juillet pour piquer une tête dans son espace aquatique. Pour près de 60 millions d'euros, cette nouvelle attraction doit renforcer l'offre touristique du parc.

En 2023, près de deux millions de visiteurs ont poussé les portes du Futuroscope, et la direction du parc espère aller encore plus loin cette année. Pour cela, un nouvel espace aquatique doit ouvrir en juillet : "L'Aquascope est le plus gros chantier du plan d'investissement de 300 millions d'euros qui se terminera en 2025, avec cette idée d'accueillir plus de visiteurs, et d'atteindre 2,5 millions de visiteurs d'ici à l'année prochaine", explique Jérôme Neveux, responsable presse du parc.

En effet, 57 millions d'euros ont été dépensés pour construire un nouvel espace de 6 000 mètres carré, qui doit conjuguer l'eau et l'image. Il doit se diviser en trois zones distinctes. L'une d'entre elles comportera huit toboggans, une autre sera dédiée à une expérience immersive avec un cinéma aquatique et la technique du mapping vidéo. Une plage extérieure doit aussi s'ouvrir au public, avec un bassin estival et une rivière dynamique.

"Ça donne une nouvelle dimension au parc", ajoute Jérôme Neveux. "On va pouvoir proposer une nouvelle expérience aquatique, c'est un nouveau métier pour le parc, mais les équipes sont très motivées."

100 postes en CDI

Pour ce nouvel espace, le parc poitevin prévoit d'embaucher largement. À terme, 100 personnes doivent être recrutées en CDI, dont 50 pour la surveillance des bassins. En pleine pénurie de maîtres-nageurs, le Futuroscope s'associe au CREPS de Poitiers, pour former une partie des 50 employés dédiés à la surveillance des bassins.

Sébastien Morawice est le responsable de la filière natation dans ce centre de formation. Il se réjouit de la création de ces emplois locaux : "Le choix a été fait par le Futuroscope de recruter des gens issus du territoire et de permettre à des gens qui ne sont pas nageurs d'obtenir à la fois ce diplôme, soit de maître-nageur, soit de sauveteur, et d'avoir un travail", précise-t-il. Pour rejoindre l'équipe de cet espace aquatique, les futurs salariés devront se former aux spécificités du lieu, notamment à "la surveillance accrue dans un environnement sombre et animé par des écrans et mapping d'images". Jusqu'à 1 700 personnes pourront y être accueillies simultanément : "On a des formations qui sont beaucoup plus longues, qui sont très adaptées, individualisées et très spécifiques au fonctionnement de l'Aquascope."

Enfin, se pose la question de la gestion de l'eau, à l’heure où se multiplient les restrictions d'usage l'été. L'équipe du parc affirme que 2 500 mètres cubes, soit l'équivalent d'une piscine olympique de deux mètres de profondeur, seront utilisés pour l'Aquascope. L'eau devra être renouvelée en partie quotidiennement, mais la direction du parc assure qu'elle sera aussi réutilisée, notamment dans des bassins extérieurs des éco-lodges.