Cette application collaborative vous permet de découvrir et de recenser la faune et la flore locales

Depuis 2018, l'application INPN Espèces permet à tous les habitants de l'Hexagone et de l'Outre-mer de participer aux découvertes et à l'inventaire des espèces de la faune et de la flore. En un simple clic, les utilisateurs peuvent connaître les espèces proches de chez eux et prendre une photo pour recenser leurs découvertes.

Et si n'importe qui pouvait participer à l'inventaire des espèces animales et végétales d'un simple clic sur son smartphone ? C'est l'idée que porte l'outil INPN Espèces. Lancée en 2018, l'application permet de découvrir la faune et la flore proches de chez soi.

Une réponse d'expert à partir d'une photo

Ce travail collaboratif permet à chaque citoyen français de France métropolitaine ou d'Outre-mer d'apporter sa pierre à l'édifice pour dresser l'inventaire des espèces. Avec une simple photographie et des indications de lieu, date et groupe simple (par exemple oiseaux, mammifères, plantes, etc.), il est possible de recevoir une réponse d'un des 328 spécialistes directement sur son smartphone. Depuis 2018, selon l'Office français de la biodiversité (OFB), 28 000 observateurs ont partagé près d'un million d'observations.

L'OFB dénombre 1 023 observations par jour en moyenne. Ce qui a déjà permis d'identifier près de 19 000 espèces. Et parmi celles-ci, des individus ont pu être découverts dans des zones où ils n'étaient pas censés être. C'est le cas par exemple de l'aleurode du citronnier, qui est une espèce envahissante et exotique. Elle a été identifiée en France à l'aide de l'application et un plan a pu être déployé par la suite.

Plus localement, en Nouvelle-Aquitaine, on compte environ 4 000 participants et plus de 126 000 observations sur l'application. Les types d'espèces les plus recensées dans la région sont les insectes et les araignées (52 616 observations), les plantes, mousses, et fougères (46 993), et les oiseaux (9 436). De nouvelles découvertes ont été permises grâce aux nombreux adeptes comme deux espèces de punaises, la Raglius alboacuminatus et la Stagonomus venustissimus. 

Des objectifs multiples

Ce projet, porté par le centre d’expertise et de données PatriNat, le Muséum national d’Histoire naturelle et l'OFB, nourrit des ambitions multiples. Dans les grandes lignes les équipes du Muséum national d’Histoire naturelle précisent dans un communiqué que les motivations sont de "sensibiliser le public, compléter les cartes de répartition des espèces, répondre à des questions scientifiques, détecter et suivre la présence d’espèces introduites sur le territoire, etc."

Face au succès de l'application, la Stratégie Nationale Biodiversité (SNB) du Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires compte impulser le premier recensement exhaustif de la biodiversité en France hexagonale et en Outre-mer.