Coronavirus. Dans la Vienne, comment les producteurs d'asperges s'organisent face à la pénurie de main-d'œuvre

L'agriculture manque de bras pour assurer les récoltes. Dans la Vienne, les producteurs d'asperges sont confrontés à cette pénurie de main d'œuvre alors que nous sommes en pleine saison de récolte. Des plateformes internet permettent de mettre en relation les agriculteurs et les volontaires.
Dans la Vienne, les producteurs d'asperges sont à la recherche de main d'oeuvre pour la récolte.
Dans la Vienne, les producteurs d'asperges sont à la recherche de main d'oeuvre pour la récolte. © Thomas Chapuzot/ France Télévisions
Les agriculteurs, maraîchers et arboriculteurs ne peuvent plus employer de saisonniers étrangers ou français trop éloignés du lieu de récolte. La fermeture des frontières prive de nombreux producteurs des salariés qu'ils avaient l'habitude d'embaucher. Pour pallier ce manque de main d'œuvre, le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a appelé tous ceux qui se retrouvent sans activité à "rejoindre la grande armée de l'agriculture française", en quête d'employés. Les besoins en main d'œuvre sont estimés à 200.000 emplois pour l'ensemble de l'agriculture française.
Dans le cadre de l'application de la loi d'urgence sanitaire du 23 mars 2020, le gouvernement autorise les salariés à cumuler une indemnité de chômage partiel avec un salaire provenant de la filière agroalimentaire.


Des plateformes internet pour recruter du personnel

Sur internet, plusieurs plateformes proposent de mettre en relation les professionnels de l'agroalimentaire et les volontaires, des salariés sans activité en raison de la crise sanitaire. Au niveau national, "Des bras pour ton assiette" mise en place par la FNSEA a enregistré de de nombreuses inscriptions. C'est le cas également pour la plateforme ANEFA Poitou-Maritime, (Association Nationale pour l'Emploi et la Formation des Agriculteurs) qui fonctionne depuis plusieurs années et qui concerne les départements de la Vienne, des Deux-Sèvres et de la Charente-Maritime. Elle a déjà engrangé 600 candidatures au niveau régional et porte en ce moment tous ses efforts sur le recrutement de saisonniers qu'elle met en relation avec les employeurs. L'ANEFA Poitou-Maritime a déjà permis à 140 personnes au chômage partiel de trouver un emploi dans l'agriculture.

On collecte les noms et adresses de ceux qui veulent travailler puis on les contacte et ensuite en fonction de leurs affinités et des disponibilités géographiques, nous proposons aux employeurs la main d'œuvre disponible.
Jean-Marie Gautier, président de L'ANEFA Poitou-Maritime 

Ces plateformes permettent aux producteurs de sauver une partie de leur récolte en leur proposant des salariés, reste ensuite l'incertitude de la vente alors que de nombreux marchés sont fermés.

On a eu peur de manquer de saisonniers, on a peur aussi de ne pas pouvoir réaliser de ventes à cause des marchés fermés et du confinement.
Julien Garault, producteur d'asperges dans la Vienne

Peur du manque de personnel, peur de ne pas pouvoir écouler leurs marchandises, certains professionnels ont déjà beaucoup diminué leur production. La saison 2020 pourrait bien être une étape difficile à surmonter pour certains.
 
La récolte des asperges et la pénurie de main d'oeuvre dans la Vienne

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie covid-19 société emploi