Dans la Vienne, la baisse des niveaux d’eau préoccupe certains usagers des rivières, pour la pêche ou le kayak

durée de la vidéo : 00h01mn59s
Le niveau des nappes phréatiques est préoccupant. Reportage d'Antoine Morel et Lisa Macineiras ©France télévisions

Un débit mensuel inférieur à la moyenne, c’est le constat inquiétant observé sur plus de la moitié des rivières du département de la Vienne. À Poitiers, le Clain ne fait pas exception, et la baisse du niveau d’eau préoccupe certains usagers de la rivière.

Les portions navigables sur le Clain se réduisent un peu plus chaque été, face à la hausse des températures. C’est en tout cas ce que déplore une kayakiste adepte du plan d’eau : “Le niveau sera trop bas cet été, je ne pense pas que l’on puisse en faire (du kayak)”. La pêche est également impactée, affirment deux poitevins croisés sur la rivière.

Je me demande si l'on va pouvoir continuer à pêcher sur la rivière, vu les températures que l'on a.

Un pêcheur

L’Agence Régionale de la Biodiversité de Nouvelle-Aquitaine semble confirmer ces inquiétudes. Ses relevés indiquent un débit mensuel moyen de 8 m3/s sur la période de mai 2023, contre 13 m3/s sur la même période en 2020. Une baisse de 62,5 % sur trois ans, qui se traduit par un niveau de l’eau critique et, par conséquent, une dégradation de l’usage de cette idylle de calme et de fraicheur.

Débit pour la station pont-Neuf, sur le Clain (Poitiers)

Mais l’optimisme demeure. Grâce à ses barrages, le niveau d’eau est maintenu sur une importante portion de la rivière. “On est serein, il y a de l’eau partout sur le Clain”, affirme Maxime Texier. Cet ancien champion de canoé a créé sa société de location il y a sept ans. Les bonnes journées, il peut y avoir 200 clients sur le Clain. Sous le soleil, la bonne humeur est donc partagée et les clients sont au rendez-vous.

Les amoureux du Clain devraient ainsi pouvoir profiter des bienfaits de leur rivière entre ses barrages. Mais pour combien de temps ? Car, de l’autre côté des barrages en revanche, les portions navigables disparaissent peu à peu.

(avec Titouan Guilbaud)