Disparition de Tiphaine Véron il y a 500 jours, sa famille reste mobilisée

Tiphaine Véron, 36 ans, a disparu lors d'un voyage au Japon le 29 juillet 2018. / © DR
Tiphaine Véron, 36 ans, a disparu lors d'un voyage au Japon le 29 juillet 2018. / © DR

Cinq cents jours après la disparition de Tiphaine Véron au Japon, les proches de l'assistante scolaire de Poitiers restent très mobilisés. Ils viennent de créer un site dédié à Tiphaine et envisagent de repartir au Japon en début d'année prochaine.

Par Valérie Prétot

C'était le 29 juillet 2018. Ce jour-là, Tiphaine Véron, une touriste poitevine âgée de 36 ans partie seule en vacances au Japon, disparaît dans la ville de Nikkō, une cité touristique fréquentée, située à 150 kilomètres de Tokyo. La trentenaire a été vue formellement pour la dernière fois dans son hôtel alors qu'elle prenait son petit-déjeuner. Depuis, la jeune femme s'est volatilisée.
500 jours après cette mystérieuse disparition, la famille de Tiphaine continue de se mobiliser pour faire avancer l'enquête.
 

Un site internet dédié à Tiphaine


Les proches de Tiphaine viennent de créer une association, « Unis pour Tiphaine » qui a aussi un site internet dédié
La page d'accueil du site "Unis pour Tiphaine" / © FTV
La page d'accueil du site "Unis pour Tiphaine" / © FTV
Le site "Unis pour Tiphaine" évoque les circonstances de la disparition de la jeune Poitevine et rappelle aussi les nombreux doutes de la famille concernant l'enquête qui a été menée au Japon. 

Depuis le 29 juillet 2018, nous n'avons plus de nouvelles...Tiphaine a été vue pour la dernière fois le matin, à l'hôtel.
Que lui est-il arrivé ? Depuis sa disparition, nous mettons tout en oeuvre pour retrouver Tiphaine, dans un pays où aucune investigation n'est menée pour les personnes disparues.

Les proches de Tiphaine ont aussi mis en ligne la dernière photo de Tiphaine réalisée le matin du dimanche 29 juillet 2018, avec son sac à main et son téléphone portable, avec ce commentaire sur l''enquête réalisée au Japon.
"À ce jour, les données téléphoniques n'ont jamais été réquisitionnées" peut-on lire sur le site.
Dernière photo à l'hôtel de Tiphaine le matin du dimanche 29 juillet 2018.avec son sac à main et son téléphone portable. À ce jour, les données téléphoniques n'ont jamais été réquisitionnées. / © ftv
Dernière photo à l'hôtel de Tiphaine le matin du dimanche 29 juillet 2018.avec son sac à main et son téléphone portable. À ce jour, les données téléphoniques n'ont jamais été réquisitionnées. / © ftv

Sur la page Facebook "Unis pour Tiphaine", les proches expliquent qu'ils ont finalement eu accès au dossier japonais traduit.

Ce que nous pouvons simplement retenir c’est qu’il y a toujours de trop grandes zones d’ombre. Des témoignages contradictoires, des données sur le téléphone toujours manquantes. De même que des doutes persistent sur le visionnage de certaines caméras. Malgré tout ces problèmes, il n'y a plus d'enquête. D'ailleurs un nouveau témoignage n’a pas été vérifié. Comme il n'y a jamais eu de collaboration judiciaire entre la France et le Japon et que l'envoi de policiers français à Nikko ne semble pas intéresser grand monde... nous allons faire tout ce qu'il faut pour en finir avec ces trous noirs.

La famille de Tiphaine Véron annonce qu'elle va repartir au Japon en début d’année pour, explique t-elle, "poursuivre nos propres investigations, rencontrer des témoins, tout faire pour obtenir un rendez-vous avec l’opérateur téléphonique japonais, commander une nouvelle enquête privée, avec un interprète à temps plein, dans l'idéal accompagnés de notre avocate française et aux côtés d'un avocat japonais".

Damien Véron : les entreprises peuvent nous aider

Le site devrait aider les proches à financer les dépenses liées aux recherches selon Damien Véron, le frère de Tiphaine interrogé par Patricia Perrin.
Damien Véron, le frère de Tiphaine. / © FTV
Damien Véron, le frère de Tiphaine. / © FTV

Pour faciliter les adhésions, on a créé notre site internet, il permet de montrer toutes les recherches qu'on a menées, on voit aussi toutes les dépenses, on peut faire des dons sur le site, on peut aussi créer des partenariats avec des entreprises, si Air France pouvait nous aider ou des entreprises locales, le but c'est que des entreprises nous sponsorisent,
-Damien Véron, frère de Tiphaine.

L'association tiendra sa première réunion d'information à Poitiers le 11 janvier prochain.


 

Sur le même sujet

Les + Lus