Douzième jour de grève à la centrale nucléaire de Civaux

Le service de pilotage de tranche est affecté par un mouvement de grève depuis 12 jours. Les grévistes demandent des postes dans le cadre du plan de réorganisation des services prévu en 2020. 

Le réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Civaux en mars 2016
Le réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Civaux en mars 2016 © Sophie Goux
Selon le syndicat CGT, 70% des 200 salariés du service de pilotage de tranche observent ce mouvement de grève. Le travail est réparti en 3 x 8 et la grève se déroule sur les postes du matin, de 6 heures à 13 heures.

Le service en question gère le pilotage, la surveillance et le contrôle des installations et doit faire l'objet d'une réorganisation du travail en 2020. À la demande de l'Autorité de Sûreté Nucléaire, l'ASN, et à la suite de la catastrophe de Fukushima le 11 mars 2011, les centrales doivent prévoir les situations extrêmes. Une telle procédure nécessite de former des équipes de 9 personnes, elles ne sont actuellement que 7 et selon le syndicat, la centrale envisage de mener ce projet sans augmenter les effectifs.

Le réacteur numéro un est actuellement à l'arrêt, il doit redémarrer à la fin du mois d'octobre, ce mouvement de grève pourrait donc repousser la date de remise en service.
Par ailleurs ce mouvement est national et pourrait toucher bientôt d'autres centrales nucléaires du parc français et notamment celle du Blayais. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire environnement société social économie mouvement social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter