En visite à Poitiers, Frédérique Vidal promet des distributeurs de protections périodiques gratuites pour septembre

Lors de son déplacement à Poitiers, la ministre de l'Enseignement supérieur a annoncé que 1.500 distributeurs de protections périodiques seront installés d'ici la rentrée prochaine pour lutter contre la précarité.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Loïc Venance AFP

Empêtrée dans une polémique après ses propos sur l'islamo-gauchisme,  la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a fait ce mardi à Poitiers une annonce qui devrait mettre tout le monde d'accord. Dès la rentrée prochaine, les protections périodiques seront gratuites pour toutes les étudiantes.

Cette décision s'inscrit dans le cadre de la lutte contre la précarité des jeunes et notamment contre la précarité menstruelle, sujet sur lequel gouvernement et associations ont "beaucoup travaillé" a-t-elle expliqué lors de sa rencontre avec des étudiants de l'université de Poitiers. "Maintenant, ça y est, le modèle est fait. C'est une annonce officielle." 

Dans les toutes prochaines semaines, on installera des distributeurs de protections périodiques, entièrement gratuits, dans des lieux de passage.

Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur

Les résidences universitaires des Crous et les services de santé universitaires seront ainsi équipés. "On vise 1.500 distributeurs et une gratuité complète à la rentrée", a ajouté la ministre, précisant que ces protections seront "respectueuses de l'environnement".

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal, en visite à Poitiers ce mardi 22 février 2021.
La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal, en visite à Poitiers ce mardi 22 février 2021. © Guillaume Souvant, AFP

"Kit and cup"

Pour l'association fédérative des étudiants de Poitiers, l'annonce de la ministre est évidemment une bonne nouvelle. "C'est un grand pas pour les victimes de la précarité menstruelle" a réagi le président de l'AFEP, Gabriel Demas, "ça nous fait plaisir de voir que le gouvernement institutionnalise ce que nous demandons depuis longtemps". 

Une récente étude réalisée par l'AFEP, la FAGE et l'Association Nationale des Etudiants Sages-Femmes auprès d'un panel d'étudiantes de Poitiers a en effet révélé que 31% d'entre elles estiment avoir besoin d'aide pour pouvoir acheter des protections périodiques. "Mais il reste encore beaucoup à faire" nuance Gabriel Demas. 

Il va maintenant falloir faire de la sensibilisation et de la communication autour de ce sujet qui concerne beaucoup de personnes mais qui reste très tabou. C'est notre prochain chantier.

Gabriel Demas, président de l'AFEP

Le mois prochain, l'opération "Kit and cup" sera d'ailleurs menée sur le campus de Poitiers. 180 cups et autant de kits réutilisables (contenant notamment des culottes lavables) seront distribués. Les universités de Niort et Angoulême sont également associés.
Le service de santé universitaire a investi 6.000 euros dans ce projet qui place Poitiers en pointe sur la question de la précarité menstruelle. Reste à savoir si cela garantira à la ville d'être parmi les premières à disposer des distributeurs promis par la ministre.

Reportage d'Anne-Marie Baillargé, Thomas Chapuzot et François Bombard

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société santé