Faux vendeurs de masques mais vrais escrocs, attention aux arnaques dans la Vienne

De prétendus livreurs de masques se présentent au domicile de personnes âgées pour leur dérober de l'argent. La gendarmerie appelle à la vigilance alors qu'une dizaine de plaintes ont déjà été déposées, principalement dans le sud de la Vienne.

© Alexandre Marchi - MaxPPP
Le scénario est bien rodé. Deux hommes frappent à la porte et se font passer pour des employés communaux. Ils prétendent une livraison de masques ou parfois de gel hydro-alcoolique et disent avoir besoin d'une pièce d'identité. Tandis que l'un occupe sa ou ses victimes, principalement des personnes âgées et isolées, l'autre en profite pour visiter les lieux et voler ce qui peut l'être. 

À Persac, Saint-Germain, La Chapelle-Bâton, Jazeneuil et Chauvigny, les faits rapportés sont identiques mais le montant du préjucide varie. Parfois les voleurs sont repartis avec un maigre butin de cinq euros mais parfois beaucoup plus : l'une des victimes s'est ainsi vu délestée de 400 euros. 

À Vendeuvre-du-Poitou, les parents de Danielle, respectivement âgés de 93 et 85 ans, ont réussi à mettre en fuite leur arnaqueur. Elle raconte : "un jeune homme d'une petite vingtaine d'années s'est présenté à scooter alors que je venais juste de partir au marché, il devait faire le guet. Mon père a cru que c'était son petit-fils alors il a ouvert la porte. Le type a dit qu'il vendait des masques pour la mairie."

Il a essayé de leur voler leur porte-monnaie. Heureusement, ils ont compris ce qu'il se passait et il est reparti sans rien. 
- Danielle, une habitante de Vendeuvre-du-Poitou

Escroc isolé ou changement de scénario, un abus de confiance similaires a été rapporté dans la commune voisine de Neuville-de-Poitou, où la municipalité a jugé bon de mettre en garde ses administrés.  

Des plaintes mais aucune piste

Au total depuis le 14 mai, huit plaintes ont été officiellement déposées dans les différentes brigades de la Vienne. "Mais nous pensons qu'il y a potentiellement beaucoup plus de victimes" indique le colonel Nicolas Belain, chef des opérations du groupement de gendarmerie du département. "Beaucoup de gens ne nous signalent pas les faits, ou ils le font trop tardivement ce qui facilite la tâche de ces escrocs."

Ils ont trouvé un filon et ils vont faire d'autres victimes, c'est à craindre. 
- Colonel Nicolas Belain, gendarmerie de la Vienne 

Peu de signalements et de maigres indices, l'enquête menée actuellement par la brigade départementale de renseignements et d'investigation judiciaire piétine. Selon les premiers éléments recueillis sur les différents lieux, les deux hommes seraient de type européen et âgés de 20 à 40 ans. Le duo se présenterait souvent porteur de masques et de gilets jaune fluorescent, mais les enquêteurs ignorent dans quel(s) véhicule(s) ils se déplacent et ils ne disposent donc d'aucun numéro d'immatriculation.

"Il faut absolument que les habitants du secteur restent sur leurs gardes et surtout qu'ils nous préviennent en appelant le 17 si ils ont des éléments qui peuvent aider l'enquête" explique le colonel Belain, qui rappelle aussi qu'il ne faut jamais faire entrer des inconnus chez soi. Cette mise en garde n'est d'ailleurs pas réservée aux seuls habitants du sud de la Vienne. Des faits similaires ont été rapportés ailleurs en France et notamment dans les communes des départements limitrophes comme à Magnac-Laval (Haute-Vienne) ou encore à Cormery (Indre-et-Loire).
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter