La gendarmerie de la Vienne débarque sur Twitter et se donne les moyens de le faire savoir. Sous une forme … étonnante.

Depuis peu, sur Facebook et Twitter, plusieurs groupements de gendarmerie cultivent un second degré accrocheur et pour le moins déroutant. Si l’objectif reste le même, informer la population, le ton employé s’éloigne radicalement du conformisme auquel on avait été habitué.

'arrivée en grande pompe du compte Twitter de la gendarmerie de la Vienne.
'arrivée en grande pompe du compte Twitter de la gendarmerie de la Vienne. © Gendarmerie de la Vienne
Un message pour ne pas oublier de régler sa montre : "Changement d’heure : attention, demain à la même heure il sera dimanche" ou un petit rappel des règles de sécurité : "Avant : Je ne mentirais jamais à mes futurs enfants. Après : je viens d’avoir au téléphone le Père Noël, le Power Ranger rouge et la Reine des Neiges, si tu ne gardes pas ta ceinture ils devront sacrifier une licorne". Parfois c’est juste une émotion soudaine qui mérite manifestement d’être partagée "On vous aime. On vous aime comme Jennifer69 aime la crédulité de certaines âmes esseulées, comme la Covid aime les embrassades, comme les hackers aiment vos données personnelles, comme Jacky aime la vitesse et le tuning. Vous voyez, c’est fort !" Ce petit florilège émane du compte Twitter du groupement de gendarmerie des Vosges, l’un des pionniers du genre et qui a depuis fait école.

Comme dans la Vienne, où la gendarmerie du département vient de poster ce petit film pour annoncer son arrivée sur Twitter :  

Le film a été posté dimanche. Je ne m’attendais pas à ce qu’on dépasse le millier de vues. Trois jours après, on en est à 250.000. C’est une belle surprise. Nous sommes ravis, bien évidemment. La vidéo a plu, c’est sûr, et elle a été relayée par des personnes d’influence. Christophe Castaner, par exemple, a relayé et commenté le film. On a parlé de nous dans la Minute Web de M6  et sur CNews. Tout ça a contribué à faire le buzz. 

Capitaine Anne Coulombeix, officier de communication de la région de gendarmerie du Poitou-Charentes


Rajeunir la communication de la gendarmerie

Le second degré vosgien et le piège de cristal du Poitou s’inscrivent dans une dynamique de rafraîchissement de la communication de la gendarmerie, mise en place au niveau national. Répartis administrativement par département, chaque groupement de gendarmerie est désormais doté d’un officier de communication disposant d’une certaine latitude pour organiser la communication et gérer les réseaux sociaux. La capitaine Anne Coulombeix est arrivée au mois d’août dernier au groupement de Gendarmerie du Poitou-Charentes.

Le compte Facebook était déjà créé et je me suis dit que ça pouvait être intéressant d’investir Twitter, pour élargir notre communication et nous mettre à la page. C’est une volonté d’être dans l’air du temps aussi, de faire correspondre la communication gendarmerie avec celle qui existe dans le civil. On en a une image un peu dépassée, mais finalement, il y a pas mal de choses assez atypiques et très intéressantes qui se font par-ci par-là, en fonction des régions, sur tout le territoire national.

Capitaine Anne Coulombeix, officier de communication de la région de gendarmerie du Poitou-Charentes


A ce titre, la gendarmerie des Deux-Sèvres entre, elle aussi dans la danse, en se lançant à son tour sur Twitter dès ce week-end. Avec un peu de pression, on imagine, car désormais la barre est haute. D’autant que la capitaine Coulombeix s’est déjà remise au travail et laisse entendre que pour Halloween, peut-être…
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
internet économie réseaux sociaux société