Grand Poitiers : des sacs à pain pour alerter sur les violences faites aux femmes

Le collectif féministe "Nous Toutes" a distribué 4.000 sacs à baguettes dans une vingtaine de boulangeries de Grand Poitiers. Ils affichent d'un côté les numéros d'appel d'urgence, de l'autre un "violentomètre" qui va d'une relation saine à une relation dangereuse.

Sac à pain contre les violences faites aux femmes
Sac à pain contre les violences faites aux femmes © Thomas Chapuzot, France Télévisions

Si vous ètes allés acheter votre pain dans une des 20 boulangeries partenaires en cette fin mars 2021, votre baguette a sans doute été emballée dans un sac inhabituel. Le collectif féministe Nous toutes a en effet distribué 4.000 sacs à pain d'un genre nouveau. Il est imprimé de numéros de téléphones et d'un "violentomètre".

Ces sacs à pain montrent une échelle qu'on appelle le violentomètre qui reprend ce que c'est une relation saine dans un couple jusqu’à une relation qui devient dangereuse.

Collectif Nous Toutes

Des mots humiliants, des moqueries des réflexions sur la tenue vestimentaire, sur les fréquentations sont, comme les gifles et les coups, les signes d'une violence au sein du couple. Ce "violentomètre" permet de savoir où l'on se situe.

Sac à baguette contre les violences faites aux femmes
Sac à baguette contre les violences faites aux femmes © Thomas Chapuzot, France Télévisions

Les sacs à pain sont nés en région parisienne

C'est la ville de Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, qui a la première lancé ces sacs. Le collectif a trouvé l'idée intéressante et l'a amplifiée. Gràce à une cagnotte, le collectif a rassemblé 32.000 euros de dons privés et a imprimé 615.000 sacs pour les distribuer en France. Les boulangeries sont volontaires pour utiliser les sacs, comme par exemple à  Mignaloux-Beauvoir, où ils sont utilisés depuis ce samedi matin.

On a tous autour de nous eu connaissance de quelqu’un qui a subi des violences à un moment donné dans sa vie, qu'elle soit verbale ou physique. C'est une cause qui touche tout le monde. je pense que les gens qui vivent ça se replient sur eux-même et ne savent pas à qui parler.

Flordela Lathus, boulangère

Sur le sac sont imprimés aussi les numéros importants. Celui de la police, le 17 pour une urgence. Mais aussi le 3919 le numéro d'appel pour les violences faites aux femmes, ou le 119, celui de l'enfance en danger.

Les numéros d'appel d'urgence en cas de violence
Les numéros d'appel d'urgence en cas de violence © Thomas Chapuzot, France Télévisions

En France, 225.000 femmes sont victimes de violences chaque année. Pendant le deuxième confinement, les signalements de violences ont augmenté de 60%.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agglomération violence conjugale société