La crème de la BD espagnole à Poitiers

Du 13 au 16 octobre 2021 se tiendra, à Poitiers, la première édition du festival ViÑetas, consacré à la bande dessinée espagnole et hispano-américaine. Un rendez-vous unique en France.

"Ce festival est une très belle surprise !"; Jean Philippe Martin, conseiller scientifique à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d'Angoulême, ne cache pas son enthousiasme.

Invité à participer à ce nouvel évènement culturel poitevin, ce spécialiste du 9ème art nous explique comment un festival de BD espagnol a vu le jour à Poitiers: "À l'origine, c'est Alain Bègue, un universitaire poitevin spécialisé dans la poésie espagnole et fan de BD. Il voulait au départ organiser un colloque puis, de fil en aiguille, cela a pris de l'ampleur. Des éditeurs et des auteurs se sont greffés au projet pour devenir finalement un festival."

Son nom: ViÑetas. Et une première édition du 13 au 16 octobre qui fait déjà saliver les bédéphiles : " C'est la crème de la BD espagnole qui se donne rendez-vous à Poitiers, assure Jean-Philippe Martin. Les plus grands sont là. Le grand public pourra par exemple rencontrer Juanjo GUARNIDO, l'auteur de Blacksad, ou encore, José Luis MUNUERA, qui a, entre autre, dessiné Spirou. On a aussi des auteurs de romans graphiques comme Núria TAMARIT. J'adore son travail, c'est à la fois puissant et léger, de vrais contes philosophiques."

Une BD espagnole en plein renouveau à côté de ses imposants voisins franco-belges : "La BD de langue espagnole est avant tout européenne"; précise le conseiller scientifique à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d'Angoulême. "Elle est difficile à identifier car elle est franco-belge dans son esthétique avec aussi pas mal d'influences asiatiques. Mais elle propose une offre qualitative très diversifiée, pleine d'inventions. On y retrouve aussi des thématiques qui renvoient à la culture espagnole. Il y a beaucoup de traces d'une histoire récente dans les scénarios. Je pense par exemple au travail d'Antonio ALTARRIBA sur les années Franco. Elle a également un côté très moderne, inspirée des séries télés comme La casa de papel. Une BD espagnole parodique de supers-héros, El Vecino, est d'ailleurs adaptée par Netflix sous le nom de The Neighbor . C'est un bijou d'humour et de narration."

Alors, avec un tel renouveau de la scène graphique ibérique, les espagnoles sont-ils devenus des consommateurs de BD ? Jean-Philippe Martin est plus mesuré : " C'est vrai que ça marche surtout à l'export. Sur les 4000 livres qui sortent tous les ans en Espagne, on a environ 20% de BD, toutes origines confondues. En France, rien qu'en BD, il ya a 5000 nouveautés par an. Autre exemple, un ouvrage de GUARNIDO se vendra à 500 000 exemplaires en France, contre 60 000 en Espagne. Mais c'est un marché en progression malgré les contraintes de traductions en langues régionales, économiquement coûteuses pour les éditeurs. Malgré tout, les tirages BD augmentent."  

Pour retouver le programme complet de la première édition du festival ViÑetas à Poitiers, cliquez-ici 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bande dessinée culture livres espagne international