Les députés de Poitou-Charentes votent la loi immigration avec une majorité de six voix pour et cinq contre

Les députés de Charente et de Charente-Maritime ont majoritairement voté en faveur de la loi immigration, mardi soir à l'Assemblée nationale. En revanche, la Vienne et les Deux-Sèvres ne l'ont pas votée.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Comment les députés issus de l'ancienne région Poitou-Charentes ont-ils voté à l'Assemblée nationale sur la loi immigration, finalement adoptée mardi soir avec le soutien de la droite et du Rassemblement national ?

Sur les 15 élus des quatre départements (Charente, Charente-Maritime, Vienne et Deux-Sèvres), six ont voté pour l'adoption de la loi, cinq, contre et, quatre se sont abstenus.

Plus précisément, la Charente et la Charente-Maritime ont majoritairement voté la loi. La Vienne et les Deux-Sèvres ne l’ont pas adoptée. Le vote révèle ainsi des divisions flagrantes, au sein même de la majorité présidentielle issue de l'ex-Poitou-Charentes.

Ils ont voté contre

Dans la majorité, Raphaël Gérard, dans la 4ᵉ circonscription de Charente-Maritime, a voté contre la loi. Tout comme le député de la 2ᵉ circonscription de la Vienne, Sacha Houlié. Figure de l'aile gauche de la Macronie, la dissidence du député sur cette question est révélatrice du malaise au sein du camp présidentiel. Sacha Houlié est un député impliqué et médiatique. Il préside la commission des lois et présidait aussi la commission mixte paritaire qui a abouti mardi à un accord sur le texte qu'il n'a pourtant pas voté.

Ce projet n'était "pas le projet de la majorité", a-t-il réagi mercredi matin dans la matinale de RTL et "ne correspond pas à ce que moi, je pense", a-t-il ajouté, en faisant référence à une liste de mesures telles que "les restrictions au regroupement familial", "l'instauration de quotas" ou encore le "rétablissement d'un délit de séjour irrégulier". 

Reste qu'une majorité de députés picto-charentais issus du camp présidentiel ont voté en faveur de cette loi.

Sandra Marsaud (2ᵉ circonscription de la Charente), Jean-Philippe Ardouin, Anne-Laure Babault et Christophe Plassard (respectivement élus des 3ᵉ, 2ᵉ et 5ᵉ circonscription de la Charente-Maritime) ont voté la loi.

Ils se sont abstenus

Mais les divisions au sein des Macronistes apparaissent aussi à travers les abstentions ! Bastien Marchive (1ʳᵉ circonscription des Deux-Sèvres), Pascal Lecamp et Nicolas Turquois (respectivement élus dans la 3e et la 4e circonscription de la Vienne) ont choisi de s'abstenir.

Dans les indépendants, Olivier Falorni, dans la 1ʳᵉ circonscription de la Charente-Maritime, s’est, lui aussi, abstenu.

Pour le Rassemblement national, Caroline Colombier, dans la 3ᵉ circonscription de la Charente, a voté le texte.

Conformément à leurs convictions déjà exprimées, les écologistes Lisa Belluco dans la 1ʳᵉ circonscription de la Vienne, Delphine Batho dans la 2ᵉ circonscription des Deux-Sèvres et l’Insoumis René Pilato dans la 1ʳᵉ circonscription de la  Charente ont voté contre, aux côtés des deux députés Renaissance.