Loi anti-gaspi. Pourquoi y a t-il moins de denrées alimentaires distribuées aux associations ?

Alors qu'une loi anti-gaspillage a été votée en 2016, les grandes surfaces dédient ainsi des bacs à des produits bradés. Auparavant, la plupart de ces produits étaient donnés aux associations d'aide alimentaire, qui reçoivent désormais beaucoup moins de dons.
Ces fruits seront proposés aux associations qui les redistribuent à leurs bénéficiaires.
Ces fruits seront proposés aux associations qui les redistribuent à leurs bénéficiaires. © Loeiza Larvor - France Télévisions

L'une des nombreuses tâches des bénévoles de la Banque Alimentaire de Poitiers est de trier les denrées alimentaires récupérées auprès des grandes surfaces. Ces produits en fin de vie sont le plus souvent en provenance de grossistes et de supermarchés.

On trie le maximum de choses, on en a de moins en moins, c'est vrai que ça va devenir très difficile.

Patricia, bénévole à la Banque Alimentaire

Cette baisse des invendus donnés par la grande distribution est estimée à près de 40%. L'impact est direct sur les associations bénéficiaires. Car depuis quelques années, les supermarchés misent eux aussi sur les produits "anti-gaspi" qui sont proposés à leurs clients. Dans certains commerce, ces produits sont signalés par une vignette, et cela depuis près de deux ans. Des produits qui possèdent souvent une date courte et qui sont proposés à 50% du prix d'origine.

Produits étiqueté -50% (anti-gaspi) dans un supermarché.
Produits étiqueté -50% (anti-gaspi) dans un supermarché. © Loeiza Larvor - France Télévisions

Ainsi, certains directeurs de supermarchés admettent qu'ils ne donnent plus certains produits aux associations, mais les réservent à une "nouvelle clientèle".

On essaye de proposer le moins possible "d'anti-gaspi", en gérant au maximum nos stocks. Néanmoins, on essaye d'en faire bénéficier prioritairement nos clients, et ne pas donner directement aux associations. On a aussi des clients qui peuvent aussi en bénéficier ici, dans notre supermarché.

Bruno Jézéquel, directeur de supermarché

Affichage "anti-gaspi" dans un supermarché.
Affichage "anti-gaspi" dans un supermarché. © Loeiza Larvor - France Télévisions

Pour le député Guillaume Garot, à l'origine de la loi anti-gaspillage de 2016, le bilan à l'échelle nationale reste positif.

Ce qu'il faut voir, c'est qu'il y a aussi davantage de superettes qui proposent des denrées (et qui ne donnaient pas auparavant), mais aussi, on a permis, de par la loi, que d'autres entreprises et institutions puissent elles aussi donner.

Guillaume Garot, député de la 1ère circonscription de la Mayenne

Chaque année, 10 millions de tonnes de nourriture sont jetées en France. Grâce à cette loi, l'objectif est de réduire encore d'avantage cette proportion.

Tri des fruits et légumes afin de les redistribuer aux bénéficiaires.
Tri des fruits et légumes afin de les redistribuer aux bénéficiaires. © Loeiza Larvor - France Télévisions

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
alimentation société solidarité