La nouvelle usine Safran de Saint-Benoît dans la Vienne va fabriquer le miroir du télescope géant européen

La nouvelle usine Safran de Saint-Benoît a été inaugurée / © Pascal Épée, France Télévisions
La nouvelle usine Safran de Saint-Benoît a été inaugurée / © Pascal Épée, France Télévisions

La nouvelle usine Safran de Saint-Benoît a été inaugurée ce mardi. C'est là que sera construit le miroir géant du plus grand télescope du monde. Il sera mis en service en 2025 dans le désert d'Atacama au Chili.

Par Sophie Goux

Une nouvelle usine pour un projet industriel qui fait rêver. Le nouveau site de Safran a été inauguré ce mardi à Saint-Benoît près de Poitiers.
C'est là que sera construit très bientôt le miroir géant du futur plus grand télescope du monde. Un miroir de 39 mètres carrés qui équipera le futur E-ELT, European-Extremely Large Telecospe assemblé dans le désert d'Atacama au Chili.
Ce contrat pour l'usine Safran est la reconnaissance d'une très grande compétence et une bonne nouvelle aussi pour l'emploi puisque 50 postes hautement qualifiés doivent être créés.
 

Un immense regard sur l'univers

Ce grand miroir représente une technologie très pointue, il sera l'œil du télescope géant opérationnel en 2025 et permettra d'explorer des objets 25 fois moins lumineux que ceux que sont capables d'observer les plus grands télescopes actuels réunis. C'est un peu comme si nous avions des pupilles de 39 mètres de diamètre la nuit au lieu de cinq à six millimètres.

Le miroir permettra par exemple de mieux observer les exo-planètes, ces planètes qui tournent autour d'étoiles hors de notre système solaire. Avec une plus hautequalité d'image, on pourra connaitre leur taille, leur masse, leur densité et leur atmosphère. Cela donne des informations sur la composition de la planète, soit tellurique, comme la Terre, Venus, Mars et Mercure soit gazeuse comme Neptune, Jupiter, Uranus et Saturne. Et donc si elle peut abriter de l'eau ou de la vie.
Les scientifiques vont multiplier par cinq l'accès à l'univers observable et approcher ses confins, situés à soit 13,7 milliarsd d'années lumières de nous.

Reportage d'Anne-Marie Baillargé, Pascal Epée et Philippe Ritaine :

 

Sur le même sujet

Les + Lus