• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Poitiers : un procès rouvre une polémique autour de la maladie de Lyme

© pixabay.com
© pixabay.com

La cheffe du service des maladies infectieuses du CHU de Poitiers, France Roblot, a attaqué en justice un porte-voix des victimes de la maladie de Lyme, Matthias Lacoste, pour menace. Le procès tenu ce jeudi rouvre le débat autour du carractère chronique ou non de la maladie transmise par la tique.

Par Emma Derome

La tique se trouve sur le banc des accusés, ce jeudi 24 janvier, au tribunal correctionel de Poitiers. En cause : un procès qui oppose la cheffe du service des maladies infectieuses du CHU de Poitiers, France Roblot, à Matthias Lacoste, un porte-voix des victimes de la maladie de Lymeune maladie infectieuse transmise par la tique.

La praticienne attaquait le militant, président de l’association de patients Le Droit de guérir, pour invective, insulte et menace à son endroit.

En cause, une vidéo Facebook publiée en août dernier, dans laquelle Matthias Lacoste avait ouvertement critiqué France Roblot, jusqu’à la qualifier de "monstre" responsable "de millions d'erreurs de diagnostic". Des propos diffamatoires et outrageants selon Dr Roblot, qui a porté plainte.
 
Matthias Lacoste au tribunal de Poitiers, ce jeudi 24 janvier / © Antoine Morel - France 3 Nouvelle Aquitaine
Matthias Lacoste au tribunal de Poitiers, ce jeudi 24 janvier / © Antoine Morel - France 3 Nouvelle Aquitaine

Selon son avocat, les propos virulents de Matthias Lacoste l'ont été en réponse à une interview de la praticienne du CHU dans la Nouvelle République concernant la maladie de Lyme. Celle-ci estimait en effet que la qualification de cette maladie en "maladie chronique" ne reposait sur "aucune donnée validée".

Une véritable "provocation" pour le président de l'association de victimes, qui cherche à faire reconnaître la souffrance des malades, qui restent souvent sans diagnostic. 
 
L'avocat de Matthias Lacoste parle d'une "provocation" de la part du docteur Roblot
 
L'audience a été mise en délibéré jusqu'au 5 mars prochain.

Au delà de l'affaire, une polémique brûlante

Au delà de cette affaire, ressurgit la polémique autour de la chronicité de la maladie de Lyme, qui a commencé à enfler au début de l'été.
 
Le 20 juin 2018, la Haute autorité de santé (HAS) dévoilait ses recommandations dans lesquelles elle reconnaissait notamment un certain caractère chronique à cette maladie, qui toucherait des milliers de personnes en France. La maladie de Lyme peut désormais s'appeler "le syndrome persistant polymorphe après une possible piqure de tique" (SPPT). 

A Poitiers, France Roblot est la cheffe du service des maladies infectieuses du CHU. Elle est aussi présidente de la société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf). Elle avait alors refusé de valider ce texte, et développé ses arguments à notre micro :

On crée une définition pour une maladie qui n’apporte rien au patient, qui leur colle une étiquette, et je ne suis pas sûre que ça leur serve à quoi que ce soit, et qui ouvre la porte a des dérives d’interprétation, ce qui paraît préjudiciable pour le patient.

Pour la spécialiste, les études existantes permettent différentes interprétations. De plus, la reconnaissance du statut chronique de la maladie entrainerait une cure antibiotique systématique, non sans danger pour le patient atteint d’autres pathologies sans rapport avec Lyme. Celui-ci risquerait de rester dans une errance diagnostique et médicale et d’endommager sa résistance bactérienne à cause du traitement, selon la praticienne.
 

Mais Matthias Lacoste, atteint de la maladie depuis trois ans, n'était pas de cet avis. Il estime, comme d'autres malades, qu'une forme chronique de la maladie existe.

Le militant n’est pas à son premier coup de théâtre pour mettre en avant cette maladie que beaucoup connaissent, mais qui soulève encore de nombreuses questions. En 2016, il était déjà entré dans une grève de la faim pour attirer l’attention médiatique sur le "déni" que subissent, selon lui, les malades de Lyme, dont beaucoup ont des difficultés pour se soigner, "souffrent, se suicident et ne sont pas pris en compte"
 
Matthias Lacoste veut attirer l'attention sur cette maladie incomprise

Difficile de connaître le nombre de malades en France. Selon une étude de Santé Publique France publiée en 2018, la prévalence de 55 cas sur 100 000 habitants évaluée en 2009 a connu une nette hausse en 2016 avec 84 cas sur 100 000 habitants. 

Qu'est-ce que la maladie de Lyme ?

C'est une maladie infectieuse due à la bactérie Borrelia, elle-même transmise par les tiques. La maladie de Lyme se traduit par des signes cliniques sur la peau, les grosses articulations, et plus rarement, par des douleurs soulagées par des antibiotiques. Une prise de sang aide à la diagnostiquer, environ un mois après la piqure.

A lire aussi

Sur le même sujet

François Asselin - invité du 19/20 de France 3

Les + Lus