Poitiers : repartie de la maternité du CHU, la maman accouche dans sa salle à manger au Blanc

Le Blanc (Indre) - Après la fermeture de la maternité, la maman ne pouvant se rendre au CHU de Poitiers accouche dans le salon - 19 mars 2019. / © DR - parents d'Anatole
Le Blanc (Indre) - Après la fermeture de la maternité, la maman ne pouvant se rendre au CHU de Poitiers accouche dans le salon - 19 mars 2019. / © DR - parents d'Anatole

Anatole a 2 jours, il pèse 3,5kg et va très bien, sa maman aussi. Mais l'accouchement n'a pas été sans problème. Anatole est né au Blanc, dans l'Indre, au domicile de ses parents. Il n'a pas attendu que sa maman arrive au CHU de Poitiers, à une bonne heure de route de là...

Par Fabrice Dubault


Anatole est né mardi à 1 heure du matin, chez ses parents, au Blanc, dans l'Indre. Ville du Berry-sud, où la maternité a fermé il y a 9 mois, créant une polémique nationale et des manifestations.

Sa maman a accouché dans la salle à manger, à genoux, aidé par le papa. Elle a dû retirer elle même le cordon autour du cou du bébé et le clamper. Elle n'a pas eu le temps de retourner au CHU de Poitiers, à une heure de route.
Car la veille, le lundi, après les premières contractions, le couple s'était rendu à la maternité de Poitiers où l'accouchement était prévu. Mais après quelques heures passées en observation, la parturiente est renvoyée chez elle, faisant la route, soit 90km, en sens inverse. Elle mettra son bébé au monde 5 heures plus tard.

La mère et le nouveau-né, qui est son deuxième enfant, ont ensuite été emmenés au centre hospitalier de Poitiers par les pompiers.

"C'est la 3e naissance hors d'une maternité, en 3 mois, au Blanc" rapelle le comité de défense, dans un courrier électronique adressé à l’Agence régionale de santé, Centre Val-de-Loire, à Orléans.

Un beau sujet de discussions pour les États généraux des maternités qui s'ouvrent au Blanc ce vendredi, pour 3 jours.
 
Poitiers : repartie de la maternité du CHU, la maman accouche dans sa salle à manger au Blanc
Anatole a 2 jours, il pèse 3,5kg et va très bien, sa maman aussi. Mais l'accouchement n'a pas été sans problème. Anatole est né au Blanc, dans l'Indre, au domicile de ses parents. Il n'a pas attendu que sa maman arrive au CHU de Poitiers, à une bonne heure de route de là... - F3 PC - Reportage : M.A.Cristofari et T.Chapuzot
 

Colère et frayeur d'une grand-mère


Dans un récit adressé au Comité de défense de la maternité du Blanc dans l'Indre, la «mamie très en colère» d'Anatole témoigne comme le rapporte le quotidien la Nouvelle République.
 

Bonjour, je voulais vous annoncer que mon petit-fils est né cette nuit, mardi 19 mars 2019, au Blanc, dans la salle à manger de ses parents, en présence uniquement de sa maman et son papa. Les pompiers et le Samu sont arrivés après sa naissance.


Ainsi démarre le message de Catherine Bourgoin, grand-mère heureuse mais passée par toutes les émotions. (Voir l'intégralité du courrier en fin d'article).
 

Les échanges de courrier entre le comité de défense de la maternité du Blanc, l'ARS Centre Val-de-Loire et la grand-mère d'Anatole

Courrier du comité de défense de la maternité du Blanc à l'ARS Centre Val-de-Loire.

"Madame la Directrice Générale
 
Faudra t-il un drame pour qu’enfin la raison l’emporte ?
 
Depuis des mois, alors que nous dénonçons les dangers que la fermeture de la maternité représente pour les mamans et leurs futurs bébés, vous nous opposez pour justifier votre décision des arguments uniquement de sécurité.
 
La maternité du Blanc pour vous est dangereuse et faire une heure de route pour se rendre dans une autre maternité ne l’est pas.
 
Après que le premier décembre 2018 une petite fille soit née aux urgences du Blanc, sans gynécologue-obstétricien, sans sage-femme, sans pédiatre et heureusement sans problème,
 que le premier janvier 2019 un petit garçon soit né au CHU de Poitiers, après que  sa maman ayant perdu les eaux au Blanc, ait du faire une heure de route dans le fourgon du S.A.M.U.,
 une troisième naissance, celle d’Anatole aujourd’hui, dans des circonstances évoquées dans le message que sa grand-mère vient de nous adresser et que nous reproduisons ci-dessous, sont bien la preuve que la vraie mise en danger est essentiellement due à l’éloignement de toute autre maternité, et que c’est une chance pour nous tous que les choses se soient bien terminées..."
 
Message de Madame Catherine Bourgoin, grand-mère d'Anatole, reçu le 19.03.2019 à 13h28
 
"Bonjour,
Je voulais vous annoncer que mon petit fils est né cette nuit le mardi 19 mars 2019 au Blanc dans la salle à manger de ses parents en présence uniquement de sa maman et son papa. Les pompiers et le Samu sont arrivés après sa naissance.
 
Après les premières contractions apparues dans la nuit de dimanche à lundi, La maman et le papa se sont rendus à la maternité de Poitiers ou l'accouchement était prévu puisqu'il n'y a plus de maternité Au Blanc. Gardée en observation durant la journée de lundi, la maternité n à pas jugé nécessaire de garder la maman plus longtemps et l'a laisser repartir hier soir chez eux au Blanc.
Le bébé est né quelques heures après à 1h cette nuit.
 
La maman et le papa ont su garder leur sang froid pendant que la maman accouchait seule à genoux dans la salle à manger pendant que leur 1er enfant dormait dans la chambre
 
La maman et le bébé vont bien et ont été emmenés par les pompiers à Poitiers alors que notre fils suivait l'ambulance sans savoir si tout allait bien. Anatole est un beau bébé de 3,5kg
 
Tout se termine bien mais je n'ose imaginer ce qui aurait pu ce passer.
 
Je trouve inadmissible que la maternité de Poitiers n'ait pas gardé hier soir la maman.
Au XXIème siècle les jeunes femmes du Blanc sont contraintes d'accoucher seules chez elles... J.ai honte de ce qui se passe aujourd'hui en France!!!
 
Une mamie très en colère".
 
Alors après trois naissances, en trois mois, en dehors d’une maternité nous reformulons notre question :
Faudra-t-il, un drame, qu’une maman ou son bébé décède, ou pire les deux, pour que vous sortiez de cette incroyable contradiction ?
Nous prenons le risque de dire que c’est votre responsabilité qui aujourd’hui risque d’être mise en cause si un problème survenait car vous aurez été  suffisamment prévenue…
Alors espérant que la raison l’emporte, nous vous  proposons d’étudier  ensemble, dans les plus brefs délais, les conditions qui permettraient aux naissances d’être effectuées au Blanc.
Nous pensons qu’il y a urgence !
Dans cette attente veuillez agréer, Madame la Directrice Générale, l’assurance de nos respectueuses salutations.
 

Sur le même sujet

Interview de Bruno Belin, président du conseil départemental de la Vienne

Les + Lus